Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2005

Jolie rousse

24/05/2005

J'ai pas pu résister...

Je suis passé chez SugarK et je suis tombé sur cette photographie craquante. Epoque Quand la ville dort, il me semble. Quel noir et blanc ! Quelle lumière ! Quelle jolie jambe !
medium_marilyn.jpeg

21/04/2005

Marilyn

Marilyn Monroe a payé le prix fort à devenir un mythe. Ce qui m'a toujours un peu désolé à son sujet, c'est combien ce mythe a pu faire passer au second plan ses qualités d'artiste et de femme. On oublie trop souvent que derrière ses photographies si glamour, il y avait une actrice véritable, une chanteuse très honorable, une musicienne, une danseuse (pas Ginger Rogers, mais bon), et encore une productrice avisée et ambitieuse, capable de choisir de véritables rôles et des metteurs en scène dignes de ce nom (Préminger, Wilder, Logan, Huston...).
medium_marilyn_calendar_01-00.jpg

Marilyn ne s'est jamais cachée que son ambition, c'était d'être Bette Davis. Il y a des ambitions moins élevées. Magré l'énorme pression qui devait peser sur ses épaules de sex-symbol, elle a réussi à s'investir dans des rôles parfois risqués et à enchainer sur dix ans (de 1952 à sa mort) une filmographie digne des plus grandes et quasiment sans faute. Si l'on compare avec nombre de "grandes actrices" de l'époque comme d'aujourd'hui, il y des leçons à tirer. Mais bon, à chacun de la redécouvrir d'un oeil neuf dans les films.
medium_marilyn_monroe_06a.jpg

Ceci dit, si j'écris sur Marylin, c'est surtout pour vous conseiller, pour les amateurs de l'actrice, comme de la femme, comme du glamour, la viste d'un blog : Sugarland voué et dévoué à notre passion commune. Des images, encore des images, et même des vidéos. Ca me plait tellement que je vous l'ai mis en lien sur la gauche.
medium_marilyn_monroe_b_w_03_par_milton_h._greene_.jpg

Amitiés à Sugarkane

17/12/2004

Femmes, femmes

capucine.2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

De Walk on the Wild Side d'Edward Dmytryk, je ne connaissais que l'image du chat noir de son célèbre générique. Générique créé par Saul Bass, spécialiste en la matière à qui l'on doit ceux de Vertigo et de Psychose, entre autres.

J'ai donc découvert le film ce week end à la Cinémathèque de Nice et je dois dire que je suis très enthousiaste Le film est un croisement entre mélodrame et film noir, porté par une distribution féminine quatre étoiles. Par ordre d'entrée en scène, Jane Fonda, ici à ses débuts, toute en rondeurs, en sensualité à fleur de peau, pleine de vie ; Anne Baxter, l'Eve de Joseph L. Mankiewicz, sensible et réservée en tenancière de bar sur le retour ; Capucine, actrice d'origine française féline, toute en longueurs délicieuses, longues mains, longues jambes, grande classe ; Barbara Stanwyck, masculine et si troublante par sa passion pour le personnage de Capucine.

A leurs côtés, Laurence Harvey, tout aussi buté que dans Alamo, a du mal à faire le poid. Il y joue un texan profond venu à la Nouvelle Orléans retrouver son grand amour, artiste manquée devenue pensionnaire d'une maison close dans les années de la grande dépression.

On peut donner au crédit du film sa superbe photographie en noir et blanc, sa musique jazzy d'Elmer Bernstein, la construction de l'histoire, virtuose et élégante de John Fante, la réalisation précise d'un Dmytryk au mieu de sa forme. Mais ce que j'en retiens par dessus tout, c'est la sensualité du film. Il ne parle que de ça, de sexe, de passion amoureuse, de désir, de frustration et d'épanouissement féminin. Et de belle façon. Dans le contexte et compte tenu de l'époque, le film aborde assez frontalement, mais avec classe, l'homosexualité féminine, la prostitution ou encore le retour d'age. Rien que ça.

Walk on the Wild Side ne fait pas partie de ces films qui passent à la télévision et il n'est pas disponible, encore, en DVD. Mais si vous tombez dessus, ne vous faites pas mal et emboîtez le pas au matou du générique.