Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil | 2004-12 »

30/11/2004

Génériques

winchester731950dvd.jpg

J'ai découvert un site tout à fait original : Shillpage. Il propose les images des titres de films tels qu'ils apparaissent sur les génériques de début (quoiqu'il y ait rarement le titre dans le générique de fin !). il y a un peu de tout, de très jolis titres anciens, essentiellement américains donc tous en anglais, mais quelques exceptions quand même. Nostalgie assurée et une jolie façon d'embellir votre écran.

11:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, site |  del.icio.us |  Facebook | |  Imprimer | |

28/11/2004

2046

2046_2.jpgBon, j'en avais vraiment envie, je vais retourner voir le film, le pied de Zhang Ziyi, les trois plans avec Maggie Cheung (puisqu'elle avait disparu de la version cannoise) et tout le nouveau montage. Pour ceux qui sont dans la région, ce sera le vendredi 3 décembre à 20h45 au Cinéma Mercury, 16 place Garibaldi à Nice dans le cadre du ciné club de Cinémas Sans Frontière. Il y aura un débat et ça sera virulent, je vous le dit.
 
Et pour les mélomanes, j'ai acquis le CD de 2046. Lors de la vison du film, la bande musicale m'avait aussi laissé une impression de déception, une impression de redites. Et un coup de Nat King Cole, et un coup de violons déchirants... rien de neuf depuis les accords majeurs d'In The Mood For Love. Mais à l'écoute du CD, pas pareil. Au contraire, une impression de cohérence, un charme irrésistible et l'impression d'écouter quelque chose d'original. Pourtant Nat King Cole et les violons, mais ça fonctionne.. En plus, il y a un très beau livret.

Alors, à vendredi.

25/11/2004

2046 et la bouche de Zhang Ziyi

zhang_ziyi.jpg Cette bouche merveilleuse est sans doute la seule bonne raison qui peut vous inciter à aller voir le dernier film hautement esthétique de Zhang Yimou, Le secret des poignards volants, où il n'y a pas de secret mais bien moins de rytme, d'humour et de ce véritable souffle d'aventure que dans, disons au hasard, L'hirondelle d'or de King Hu. Mais cette bouche ! on comprend qu'elle ai fasciné le réalisateur. Elle illumine la première apparition de notre héroine comme un papillon écarlate, une fraise incandescente, un soleil d'aube. Elle circule à travers le film, maintenant notre intérêt quand nous nous sommes perdus dans les méandres de cette histoire insignifiante.

 

Dans 2046, c'est le pied. Le petit pied délicat de notre Zhang qui remonte avec une sensualité inédite le long de la poitrine de Tony Leung. Pour être franc, c'est de loin l'image la plus fascinante que j'ai retenue de la projection cannoise de 2046 du pourtant génial Wong Kar Wai. Ceci dit, comme la version que j'ai vue ne correspond visiblement pas avec celle qui est sur les écrans... je vais sans doute retourner regarder et la bouche, et le pied.

17/11/2004

Information

18382671.jpg

Une information : le ciné club de Cinéma Sans Frontières propose, samedi 20 à 20 h 45 le film de Walter Salles Diarios de motocicletas (Carnets de voyage) sur les aventures de jeunesse du Che. le film était en sélection à Cannes cette année.
Ca se passe au cinéma Mercury, 16 place Garibaldi à Nice. Comme d'habitude, le film sera précédé d'une présentation et suivi d'un débat (que l'on espère vif, mais ça dépend des spectateurs !).

Pour en savoir plus sur les organisateurs : le site de CSF

15/11/2004

Jésus revient !

« Avec un nom pareil, le petit Jésus ne pouvait que mal tourner »

J’aime beaucoup cette phrase qui résume bien l’esprit de Jésus Franco. Espagnol comme l’indique son nom, il a une des carrières les plus hallucinantes de l’histoire du cinéma. Depuis El coyote en 1955, il a réalisé quelques 170 films en utilisant unefranco.jpg quarantaine de pseudonymes. Excusez du peu ! Ceci explique que sa filmographie est difficile à établir.

Bien sur, avec une telle activité, il a réalisé un nombre impressionnant de navets, films de seconde zone, voire quelques films carrément pornographiques. Alignant les co-productions les plus improbables, se jouant de la censure, tournant dans toutes les conditions, Franco a toujours manifesté une foi inébranlable dans le cinéma qui, parfois, lui en a été reconnaissant.

Ainsi, En 1964, Franco sera directeur seconde équipe pour le Falstaff d’Orson Welles, ce qui, il faut dire, n’est pas donné à tout le monde.

Sa période années 60 recèle quelques perles. Aujourd’hui, déclaré réalisateur culte, il est l’objet d’une rétrospective à la cinémathèque des grands boulevards, (pour ceux qui sont sur Paris) et Mad Movies, le magasine français consacré au fantastique (même si ce n’est plus ce que c’était), diffuse en DVD quelques uns des films marquant du cinéaste.

L'horrible Dr Orloff est son film phare, avec l’inévitable Howard Vernon, fidèle entre les fidèles, qui débuta dans le rôle de l’officier allemand du Silence de la mer de Melville en 1946. Le sadique baron Von Klaus suit, reprenant l’atmosphère d’épouvante à mi chemin entre les films anglais de la Hammer et les inoubliables contes terrifiants de l’italien Mario Bava. Ce mois ci, vous pourrez découvrir Les maitresses du Dr Jeckyll (les titres, quelle poésie !!) qui cache de nouvelles aventures du personnage fétiche d’Orloff.

Attentions, ne vous méprenez pas ! Si l’on peut parler pour ces films de sadisme, de terreur ou d’érotisme, ceux ci sont bien gentils pour notre époque de sexe et de violence. En fait de belles dénudées fouettées par des aristocrates pervers, il n’y a guère plus que dans un épisode d’Angélique, la marquise des Anges !

Mais il faut avouer que ces films dégagent un charme étrange, une poésie fantastique basée sur l’usage du noir et blanc, de cadrages expressionnistes, un véritable talent pour faire naître l’angoisse d’un escalier ou d’un bruit d’horloge vers minuit. Franco révèle à l’occasion son admiration pour les maîtres que furent Jacques Tourneur, Terence Fisher, Fritz Lang ou Tob Browning. Et puis je suis assez sensible à ses personnages, simples mais bien campés, souvent surprenants dans leur décontraction où leur folie.

14/11/2004

Cap à l'ouest !

l_equipier_affiche.jpg
Je le sentais bien. Le nouveau film de Philippe Lioret est une réussite. Tout ce que j'avais apprécié dans son précédent opus, Mademoiselle, je l'ai retrouvé dans L'équipier. A commencer par Sandrine Bonnaire qui retrouve un rôle de femme simple bouleversée par une passion aussi violente qu'inattendue. L'ile bretonne de L'équipier est très proche du fameux pont de Madison mis en scène par Clint Eastwood. Les amateurs de beaux mélodrames s'y retrouveront sans peine. Lioret a le cinéma classique, l'art de camper une atmosphère, de filmer un regard dérobé, un geste en suspens, quelque chose de l'art de Truffaut et sa sensibilité pour les personnages aux amours sans espoir.

Il a également un certain talent pour évoquer les activités professionnelles viriles façon Hawks. Ses gardiens de phare portent avec eux une façon de vivre et une certaine philosophie du "métier". Ils sont les frères des chasseurs d'Hatari !, des aviateurs de Seuls les anges ont des ailes, avec le caractère bien trempé des bretons des années 60 !

Philippe Torreton et Grégori Derangère développent une histoire d'amitié aussi passionnée et complexe que la relation amoureuse qui se noue entre Derangère et Bonnaire. On pourra trouver certains des ressorts classiques, mais ça fonctionne bien.

S'il y a un film français à découvrir en ce moment, c'est bien celui là.

Pour finir, une petite information, pour les amateurs de musique de film, ce site en anglais très complet : www.soundtrackcollector.com

Allez, à la prochaine...

13/11/2004

Vieil ami

mm01cd0c455b8eee98.jpegIl y a des films que l'on retourne voir comme de vieux amis. Hana Bi de Takeshi Kitano, j'avais mis du temps à le rencontrer. Lors de sa sortie, il nous a fallu attendre quatre longs mois pour le voir débarquer dans notre ville. Finalement, nous sommes partis à quatre à trente kilomètres pour une séance un soir dans la petite salle d'une MJC.
 
J'ai été heureux de le revoir, de le retrouver, cet après midi. Toujours aussi bavard ! Une belle histoire d'amour et de désespoir déguisée en polar. Une histoire sur le pouvoir de l'art aussi, avec ce policier paralysé qui manque de se suicider et qui reprend goût à la vie en se mettant à dessiner... des dessins de Kitano.
 
Hana Bi, ce qui signifie "feux d'artifices", reste pour le moment le sommet du cinéma de Kitano, un cinéma de l'épure, du cadre, de la violence sèche comme exutoire à la stupidité d'un monde dans lequel on se sent maladroit. Un cinéma plein d'humour aussi, l'humour parfois déconcertant de celui qui a été une grande vedette comique de la télévision japonaise avant de se révéler un des cinéastes majeur de notre époque qui n'en compte pas tant.

Hana Bi, je l'ai revu cet après midi et il se porte comme un charme !
 
Le DVD 

Premier jour

Toute ma vie, j'ai utilisé de nombreux moyens pour conserver la trace des films vus, des séances et des salles. J'ai toujours aimé faire partager mes enthousiasmes et mes déceptions, m'exprimer sur le "come" et le "perche".

Aujourd'hui, je me lance, à cette heure indue, dans ce nouveau moyen d'expression.

Bloggons donc.

Histoire de commencer fort, j'ai vu, ce soir, Nous nous sommes tant aimés d'Ettore Scola. Beau film. La séance a eu lieu dans le cadre du ciné club Cinémas Sans Frontières du cinéma Mercury de Nice. Il y a eu un débat à l'issue de la projection, débat calme car les gens étaient sans doute un peu assomés par les audaces et la force du film. Scola ose des choses qui laissent rêveur aujourd'hui : reconstitution de la scène de la fontaine de La dolce vita avec les vrais Fellini et Mastroianni, noir et blanc et couleurs, procédés de narration complexes, commentaires en direct...

Mais pourquoi ne fait on plus ça aujourd'hui ?

Hein ?

Allons, c'est histoire de commencer. On se revoit bientôt. Je vais aussi essayer de vous donner des informations utiles. on verra, je verrais et vous aussi, si je tiens la distance.

Bonsoir