Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Angoisse à l'allemande | Page d'accueil | Du sang, de la poudre et de la poussière »

22/07/2015

Sergio Sollima (1921 - 2015)

sollima1.jpg

Le réalisateur Sergio Sollima entre Chelo Alonso (soupir !) et Tomas Milian sur le tournage de Corri, uomo, corri (Saludos hombre - 1968), l'un de ses superbes westerns. Mais ne le sont-ils pas tous ?  Photographie Corriere delle sera avec un superbe article en italien, certes mais plein de belles images du maestro en action.

Commentaires

Bonjour Vincent, comment allez-vous? J'aime beaucoup cette photos, ce sont des souvenirs de la découverte d'un cinéma populaire qui se posait des questions politiques sur la violence des grands sur le peuple détruit par les banques! Mais un héros se lève contre toutes ces injustices c'est "Cuchillo"! Cest indigné avant l'heure, la révolte qui mène au grand galop et au son d'Ennio Morricone ou de Bruno Nicolai. "La resa dei conti" est opéra de violence et de poussière dans un monde où l'injustice règne en maître, mais un autre homme se posera des qestions et se dressera contre cette ignominie "Corbette" le héros de Fordiens par excellence! Merci Vincent pour l' hommage à Sergio Sollima. Nous sommes tous des "Cuchillo et des "Corbette" en devenir qui se dresseront contre toute ces injustices de 2015!

Écrit par : claude kilbert | 22/07/2015

Bonsoir Claude, je suis heureux d'avoir de vos nouvelles. Sollima métritait bien un coup de chapeau, tous ses westerns, mais aussi ses polars et ses films d'aventure sont des petits bijoux dont je ne me lasse pas. Et Cuchillo, quel personnage ! Saludos, hombre.

Écrit par : Vincent | 24/07/2015

Les commentaires sont fermés.