Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le long voyage | Page d'accueil | Musique et cinéma selon Inisfree - partie 1 »

23/06/2011

Une lettre

Blow Up de l'ami Luc Lagier sur le site d'ARTE propose très régulièrement de bien belles vidéos sous forme de portraits, évocations et lettres dont celle-ci adressée à Steven Spielberg par Joseph Morder que je ne résiste pas à l'envie de transmettre pour d'évidentes raisons.

Commentaires

Bonjour Vincent, voilà un document bien émouvant, un filme en gestation, une mise en abime de vies.
La grand mère de Mara Pigeon qui caché ma Maman pendant l'occupation Nazie a été reconnue comme "Juste" par le comité de yavadchem de Jérusalem.
Mara souhaiterais un filme sur grand mère, c'est aussi là un projet émouvant.
Pour conclure, personne n'a expliquer à Steven Spielberg que Hergé était un antisémite notoire et un colabo qui avait travailler pour la presse aux ordres de l'occupant!!!!

Écrit par : claude kilbert | 23/06/2011

Ah oui, c'est bien l'ombre...
(private joke n'ayant rien à voir avec le post)

Écrit par : FredMJG | 24/06/2011

Intéressant comme docu, par contre j'ai pas saisi la blague..dsl..!

Écrit par : Arcane | 24/06/2011

merci pour toi cette vidéo émouvante.

Écrit par : gabriel | 28/06/2011

Claude, étonnant le lien dont vous parlez.
Sur Hergé, cela mérite une réponse posée :) J'ai toujours adoré Tintin, bien avant de savoir qui était Hergé, et encore plus sa part sombre. Aujourd'hui encore, l'aventure au Congo me fait rire (sans même parler des "soviets" qui avec le recul est hilarant), mais je prends, j'espère, le même recul que j'ai devant les Tarzan MGM (Quand on y pense !). J'imagine que Spielberg a le même type de recul.
Sur le fond, je pense qu'une œuvre a une part liée à son époque et bien sûr au parcours de son auteur. On peut l'accepter ou la rejeter mais je n'aime pas les tripatouillages où l'on voudrait, pour des raisons d'air du temps, refaire l'histoire (Comme quand Spielberg efface numériquement les révolvers dans "ET"). Là dessus, Hergé a été un champion, ce qui se complique du fait que les versions que j'ai découvertes enfant (et sur lesquelles je n'ai nulle envie de revenir) ne sont pas les versions originales, mais une des étapes de ses nombreuses reprises. Je trouve dommage la façon dont certaines choses ont été édulcorées, pour d'autres je comprends.
Hergé lui-même, cela me semble difficile de se faire une idée. J'avoue apprécier son parcours dont l’œuvre trahit la complexité, qui le mène de choses condamnables, certes, à des choses plus humanistes et moins caricaturales dans les derniers et magnifiques albums.
Il vaut mieux cela, comme pour François Mitterrand (on a de l'expérience en France sur ces choses :), que le contraire et que ces vieux aigris virant facho en fin de carrière et dont je ne citerais pas les noms.
Ceci dit, je me demande ce que ça va donner, ces films...

Fred :)

Gabriel, je trouve formidable le nom de votre boite : "1984". "Big Brother" il fallait oser ! Et selon Audiard : "les cons, ça ose tout, c'est même à cela qu'on les reconnaît"

Écrit par : Vincent | 28/06/2011

Bonjour Vincent, merci pour votre réponse qui m'a beaucoup fais réfléchir, Hergé et son oeuvre font toujours polémique par chez moi et s'invite même dans la vie politique de la Belgique en vue de former un nouveau gouvernement c'est dire! Vincent, vous avez raison, il faut regarder l'oeuvre qui la laisser, nous avons grandis et ris avec celle-ci, c'est vrai. Hergé a évolué politiquement ou philosophiquement, c'est vrai, il faut l'admettre. Mais il restera toujours une trace amère dans tout cela, l'antisémitisme et le racisme ont tué et tue encore, un dessin, un filme, une chanson peuvent tuer directement ou indirectement et cela pendant longtemps.

Écrit par : claude kilbert | 29/06/2011

Les commentaires sont fermés.