Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Extinction des yeux | Page d'accueil | Ford sous le marronnier (et en librairie numérique) »

25/03/2011

Irritations printannières

 Kubrick

C'est la fête à Stanley Kubrick avec entre autres une exposition à la Cinémathèque Française du 23 mars 2011 au 31 juillet. Pour l'occasion, la revue Trois couleurs publie le guide de l'exposition. C'est plein de très belles photographies et donc un ouvrage tout destiné à un admirateur du cinéaste. Question texte, je n'ai pu me départir d'une certaine gène, pour ne pas dire une gène certaine. Deleuze en édito, Godard et Pauline Kael en incontournables cités. Citation encore d'une provocation que je trouve un peu grossière de Skorecki sur Eyes wide shut (1999). Ailleurs, « Pesante dissertation en trois parties sur le libre arbitre, le film a mal vieillit » nous dit-on sur A clockwork orange (1971). Tiens donc ! Cela n'empêche pas de mettre le film en couverture, pour un mal vieillit... Incidemment j'apprends que 2001 (1968) nous narre la « colonisation de Jupiter », ce qui ne m'avait pas paru évident, et l'on nous laisse entendre que Cruise et Kidman se seraient séparés suite à la « dernière divagation kubrickienne ». Outre que cela ne présente guère d'intérêt, je croyais que c'était parce que Cruise était pénible. Détails, anecdotes me direz-vous, mais quand même ça la fout mal pour parler d'un cinéaste si maniaque. Et puis ces mots qui reviennent, ces mots anglais « une affaire de geeks », « drill instructor », « un LOL féroce » gratiné, les « Vietnam movies ». Comment disait Nanni Moretti ? « Les mots sont importants ». Ils me fatiguent ! Heureusement que c'est richement illustré.

Taylor

Pour une fois que j'achète Libération en kiosques. La couverture est superbe, mais dedans, cela commence par un article collectif qui nous affirme qu'elle a eu une « filmographie d'exception ». Je n'irais pas jusque là. Ce n'est pas non plus Marlène Dietrich. Plus loin, cela se gâte avec toute une théorie sur « Liz Taylor [qui] a incarné à elle toute seule LA brune » avec une « incroyable charge érotique ». Quel manque de tact alors que le cadavre de Jane Russel est encore chaud ! Et comme si Ava Gardner était chauve ! C'est beau l'enthousiasme, mais parfois, il vous mène un peu loin. Ailleurs comme dans l'article du Nouvel Obs en ligne, signé F.F (François Forestier ?), c'est la douche écossaise : « Ses films ? Grands dieux, ils furent d’une insipidité sans fin ». D'accord, il fait ensuite des concession et puis c'est le côté désinvolte du bonhomme mais quand même. Et puis cette curieuse manie retrouvée plusieurs fois de mettre Taylor dans Night of the iguana (La nuit de l'iguane – 1964) de John Huston. C'est Ava Gardner, encore, la pauvre. Taylor était juste venue en visite surveiller son Burton de mari.

 C'est peut être l'âge ou le printemps, en ce moment, un rien m'irrite.

Commentaires

LOL*

* ceci mis pour la surveillance. D'ailleurs, la légende raconte qu'elle se vengea avec Brando. Puis que Burton raconta que Marlon aurait fait un merveilleux acteur muet. C'était petit et bas non ? ^^

Écrit par : FredMJG | 25/03/2011

Pour la charge érotique, rappelons à tout un chacun qu'elle avait de si gros seins que même Burton n'arriva pas tout à fait à s'en remettre. Et la légende raconte encore que pour l'aborder, il s'enivra pour être bien sûr de ne pas tripoter avant d'en avoir reçu la permission.
MDR.

Qu'est-ce que je raconte moi ? Pardon, je suis en plein dans la ponte d'un petit hommage et je ne me permettrai pas de pleurer sur la disparition de la "dernière" star d'Hollywood. Kirk Douglas ne me le pardonnerait jamais.

Écrit par : FredMJG | 25/03/2011

Coup de gueule salutaire, Vincent.

C'est vraiment excellent le coup d'Orange mécanique. De toute façon, actuellement, pour attirer l'attention et passer pour un cinéphile affranchi et éclairé, il faut lancer des "Kubrick, c'est quand même pas si génial que ça !"

Écrit par : Edouard | 25/03/2011

C'est amusant, je pensais aussi à Jane Russell pendant tous ces hommages à Liz (pour ma part, je n'aime que ses films avec Mankiewicz mais je ne les ai pas tous vus).
Ça fait 20 ans que j'entends qu'"Orange mécanique" a mal vieilli, or je le regarde toujours avec autant de plaisir. C'est peut-être même mon film préféré de Kubrick que j'aime pourtant beaucoup et sans réserves!
Ah ces gens! Michel Ciment a enfin sa rétrospective Kubrick à la Cinémathèque (alors qu'on l'a connu à la limite de l'apoplexie lorsque Joe Sarno ou Jess Franco étaient justement célébrés!)et ils vont nous trouver le moyen de le faire encore râler !

Écrit par : Dr Orlof | 26/03/2011

"La dernière star", je crois que c'était Truffaut qui disait qu'il aurait fallu une touche sur les machines à écrire pour que les journalistes qui écrivent toujours la même chose gagnent du temps. Donc, on se retrouve à la mort de la prochaine "dernière star d'Hollywood".
Quant à Orange mécanique, je n'avais pas encore eu le temps de le voir qu'on disait déjà qu'il avait mal vieilli. Cela aussi, on le repête... Personnellement, cette oeuvre ne cesse de me fasciner et je ne compte plus les films qui étaient censés le ringardiser et qui sont complètement oubliés.

Écrit par : Ran | 26/03/2011

Frédérique, bravo pour votre hommage, je suis allé m'y incliner. j'adore les anecdotes sur Liz Taylor, il y a toujours des histoires incroyables. le documentaire sur le tournage de "Cléopâtre" est un régal du Hollywood - Baabylone.
Edouard, c'est très juste, faire la fine bouche devant Kubrick, ça eu payé. Visiblement, ça paye encore. Pour moi, comme le bon Docteur, je suis presque un inconditionnel. Et "Orange mécanique", quand même, quand même...
Ran, merci pour le rappel truffaldien. Je crois bien que la force de certaines images du flm de Kubrick n'est pas prête de s'affaiblir (d'où la couverture).

Écrit par : Vincent | 27/03/2011

Pour en finir (Quel dommage. Cette femme était une source inépuisable d'histoires plus ou moins drôles) avec Liz... : http://content.usatoday.com/communities/entertainment/post/2011/03/elizabeth-taylor-late-for-her-own-funeral/1

Quant à Orange Mécanique, je ne puis sans bouillir écouter Gene Kelly.

Écrit par : FredMJG | 27/03/2011

Les commentaires sont fermés.