Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pour Mohammad Rasoulof | Page d'accueil | Fascination »

10/01/2011

Les joies du bain : hommage

Ah, les charmes des bains japonais ! Belle occasion de rendre hommage à la non moins belle Hideko Takamine, muse de Naruse et d'Ozu, disparue à la fin de l'année dans une indifférence à peine polie et les regards soudainement embués de ses véritables admirateurs. Photographies tirée du magnifique Ukigumo (Nuages flottants - 1955) de Mikio Naruse. Source Wild Side.

Nuages flottants2.jpg

Commentaires

Bah ! lorsque Yates disparaît on ne cause que de Bullitt sous un portrait de McQueen alors, Naruse, vous pensez bien !

Écrit par : FredMJG/Frederique | 10/01/2011

Mais c'est fini de m'annoncer comme ça rien que des mauvaises nouvelles juste en début d'année !!

:) m'enfin...

Écrit par : Vincent | 10/01/2011

Ah, quel film ! Et une photo du même acabit. Merci !

Écrit par : Raphaël | 11/01/2011

L'une de mes actrices préférées disparait et je ne le savais pas. Selon Kurosawa Akira, Nuages flottants était l'un des plus beaux films qui soient. Bien sûr il avait raison. Et Hideko l'une des plus grandes actrices. Elle avait tourné pour les plus grands, beaucoup pour Naruse (Au gré du courant, Tourments, L'éclair...), où elle avait trouvé ses plus beaux rôles. Même si son plus émouvant est peut être Vingt quatre prunelles de Kinoshita. "Mademoiselle petit caillou" s'en est allée rejoindre ses écoliers. Et évidemment son apôtre le plus dévoué : Mikio. Chez qui il était dit que d’une larme d’Hideko affleurait la promesse d’un sourire. Et inversement. De quels songes étaient faits les sourires mélancoliques d’Hideko Takamine ? D’une neige de printemps…
Et rien sur les ondes de notre beau pays dit cinéphilique.
Paix à son immense âme.

Écrit par : Rom | 11/01/2011

Les commentaires sont fermés.