Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Godard - Portraits | Page d'accueil | Godard par Corbucci, en guise de conclusion »

09/12/2010

Le tournage de Django par Franco Nero

Le Corbucci – Godard blogathon s'achève ici et sur une belle photographie publiée par Fredérique (Mais pas l'envie d'écrire sur ces deux réalisateurs !). Il est temps de remercier tous ceux qui ont participé par leurs textes et leurs interventions. C'était vraiment passionnant de passer de l'un à l'autre. J'espère que nous pourrons remettre cela à l'occasion. Deux conclusions : le cinéma de Godard est toujours bien vivant et inspire encore. Le cinéma de Corbucci a encore besoin d'un peu d'activisme. La revue italienne Nocturno lui a consacré plusieurs articles dans ses derniers numéros. Dans un texte en ligne, j'apprends avec un sourire d'envie que Quentin Tarantino aimerait lui consacrer un livre. Quelle bonne idée !

Je termine avec Franco Nero (pour Frédérique) racontant (en anglais, désolé, Ran) le tournage de Django (1966) et , bien sûr, la solution du jeu (Bravo à Breccio qui a presque tout identifié).

Solution du jeu : Il fallait trouver 

Per un pugno di dollari : Pour une poignée de dollars (Leone)

Per qualche dollaro in più : Et pour quelques dollars de plus (Leone)

Vamos a matar compañeros : Companeros (Corbucci)

Il buono, il brutto e il cattivo : Le Bon, la Brute et le Truand (Leone)

Giù la testa : Il était une fois la révolution (Leone)

(La) resa dei conti : Colorado (Sollima)

Il mio nome è nessuno : Mon nom est Personne (Valerii)

Faccia a faccia : Le Dernier Face à face (Sollima)

Un dollaro a testa : Navajo Joe (Corbucci)

Il mercenario : El mercenario (Corbucci)

Cangaceiro ! : O Cangaceiro (Fago)

Un dollaro bucato : Le Dollar troué (Ferroni)

Minnesota Clay : Le Justicier du Minnesota (Corbucci)

Lo chiamarono il magnifico : El Magnifico (Barboni)

C’era una volta il west : Il était une fois dans l'Ouest (Leone)

Anche gli angeli mangiano fagioli : Les anges mangent aussi des fayots (Barboni)*

Corri uomo, corri! : Saludos hombre (Sollima)

Altrimenti ci arrabiamo : Attention, on va s'facher (Fondato)*

Dio perdona, io no : Dieu pardonne, moi pas (Colizzi)

Il bestione : Deux grandes gueules (Corbucci)*

Ma che c’entriamo noi con la rivoluzione? : Mais qu'est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ? (Corbucci)

Django (Corbucci)

* : ces trois titres ne sont pas des westerns.

Texas peut éventuellement être pris comme allusion à Il Prezzo del Potere (Valerii) et Il mucchio selvaggio est le titre italien de The wild Bunch (La horde sauvage) de Sam Peckinpah comme le nom de la bande de truands de Mon nom est personne. Ringo est un personnage emblématique du genre, joué par Giuliano Gemma initialement. Barboni, c'est Enzo Barboni, l'inventeur de Trinità, et Leone, comme dit Breccio, c'est sans commentaire.

Commentaires

Voilà une bien belle conclusion à ces deux hommages croisés.
Que pense JLG de Sergio Corbucci c'est une question que je me pose?

C'est toujours sympatique de revoir franco Nero, il travail toujours, mais on ne voit nul part ses films, c'est étrange???

Écrit par : claude kilbert | 09/12/2010

Ah ben je vois qu'on s'est bien amusés ici en mon absence !

Écrit par : Pascale | 09/12/2010

Claude : Et que pouvait penser Corbucci du cinéma de Godard ? Mystère et boule de guimauve :) Nero, je ne sais pas, le cinéma italien est bien mal distribué depuis les années 70. on peut voir sur Internet le court métrage "L'ultimo pistolero" tourné vers 2002.
Pascale, oui, toujours :) Tiens, ça me fait penser que c'est la première fois que je propose un jeu sur Inisfree... J'espère que vous allez bien.

Écrit par : Vincent | 09/12/2010

Encore merci pour ces stimuli de cinéphile ! Il faudrait étendre l'initiative à d'autres réalisateurs. Mais quel travail !

Écrit par : Ornelune | 09/12/2010

Même si cela m'a fait déplorer - une fois de plus - mon monolinguisme, ce blogathon fut une belle expérience. Je suis content d'avoir pu un peu y participer et de lire les différentes contributions. Tous mes remerciements à son initiateur.

Écrit par : Ran | 09/12/2010

Ma ! c'est déjà fini ???
Je comptais poster un machin sur Sergio ce soir (ben oui à la bourre comme d'hab... normal)
Je connais par cœur l'histoire des blue eyes de ce brave Franco qui allait rendre riche le Corbucci... mais on ne s'en lasse pas...
Je réécouterai ceci ce soir au calme. Et je reverrais avec plaisir Tomas lui piquer la vedette à la moindre occasion itou ;) J'ai une version de Companeros en allemand si ça peut intéresser quelqu'un :D

Euh... y avait un jeu ? où ça ? ^^

Écrit par : FredMJG/Frederique | 09/12/2010

Je me souviens de l'avis de C... de Jean Tulard sur Sergio Leone et JLG: "Du cinéma emphatique qu'on oublira dans 50 ans..." C... de Jean Tulard c'est lui qui est déjà oublié!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : claude kilbert | 09/12/2010

Ornelune, Ran, merci à vous. Je suis partant pour de nouvelles expériences. Les cinéphiles américains sont assez friands de ce genre d'échanges. J'en avait aussi proposé un il y a deux ans autour de John Ford. j'aime bien faire ça.

Frédérique, ma si, ça se termine le 9, mais vous avez raison, j'aurais du attendre minuit. Du coup, merci beaucoup pour votre ultime contribution (vous avez du y passer la soirée). Je vais faire une note ce soir, avec une petite surprise. Le jeu, il me semble bien que vous y avez participé :) Si, si, faut revenir en arrière !

Claude : elle est bien bonne !! Ce sont sans doute deux des réalisaterus dont l'héritage est le plus vivant aujourd'hui.

Écrit par : Vincent | 10/12/2010

Ne me dites pas que vous allez causer du fils de l'autre et mettre plein de photos de garçons musclés en jupette ^^

Écrit par : FredMJG/Frederique | 10/12/2010

Pour le fils de l'autre en jupette (j'aime bien les films avec jupettes), c'est là : http://inisfree.hautetfort.com/archive/2008/08/31/corbucci-a-l-antique.html

Non, c'est plus en lien direct avec l'idée du double hommage. Suspense...

Écrit par : Vincent | 10/12/2010

Je m'en vais lire, j'espère qu'il y aura des révélations sur ce qu'ils portent en dessous ;)
Le suspense est insoutenable, mais tant qu'il ne s'agit pas de l'OVNI qui passe à la portée de Nero dans Companeros, tout va bien ;)

Écrit par : FredMJG/Frederique | 10/12/2010

Les commentaires sont fermés.