Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« What seems to be the trouble, Captain ? | Page d'accueil | Ford »

21/11/2006

Disparitions

Sans vouloir tomber dans la nécrologie systématique, il y a eu trois disparitions récentes qui m'ont touchées (et une quatrième sur laquelle je reviendrais qui m'a donné à réfléchir).

 

La première vient de tomber, c'est le décès de Robert Altman. Grande carrière, grand bonhomme, grand style, le sens d'un mouvement large englobant de nombreux personnages, le goût des histoires chorales et le désir de relever des défis techniques purement cinématographiques comme avec le fameux plan-séquence de Short cuts. Je connais finalement mal sa première partie de carrière et si un titre me vient spontanément à l'esprit, c'est Un mariage. Altman était une voix singulière et de plus en plus rare dans le cinéma américain d'aujourd'hui. Elle vient de se taire et il reste les films.

J'adorais Jack Palance. Le psychopathe atteint de la peste noire dans Panic in the streets (Panique dans la rue d'Elia Kazan) m'avait marqué quand j'étais petit. Il y eu bien sûr Palance chez Aldrich, Palance en archétype du tueur de western avec ses gants noirs dans Shane (L'homme des vallées perdues de Georges Stevens), Palance en gueule de superproductions historiques (les Mongols, Austerlitz, Barabbas...), Palance, plus tard encore, chez Godard dans Le mépris. Mais j'ai regretté que dans les divers articles qui lui ont été consacré, on ait un peu oublié le Jack Palance du cinéma plus populaire, celui qui joua chez Sergio Corbucci deux méchants gratinés, Curly dans Le mercenaire en 1968, qui mourrait au centre d'une arène, regardant le sang rouge s'écouler de son oeillet blanc à la boutonnière, près du coeur. Et John main-de-bois, l'homme au faucon de Companeros ! En 1970 qui ne séparait jamais de l'animal qui lui avait sauvé la vie en lui mangeant la main. Il y a eu aussi le Jack Palance du cinéma fantastique, incarnant un étonnant Dracula pour la télévision en 1973, jouant dans l'injustement oublié Welcome to Blood City (Peter Sasdy en 1977) ou encore cabotinant dans le réjouissant Alone in the dark de Jack Sholder en 1982 aux côtés de Martin Landau et Donald Pleasence. Là encore une longue et belle carrière (une centaine de films), pas forcément homogène mais qui ne saurait se limiter à quelques figures reconnues.

medium_Palance.jpg

Le 8 novembre disparaissait plus discrètement encore Basil Poledouris, compositeur pour le cinéma. Pour ceux qui se sont passés et repassé les musiques de Conan (John Milius en 1982) ou Flesh + blood (La chair et le sang de Paul Verhoeven en 1985), c'est une triste nouvelle d'autant qu'il avait tout juste 61 ans. Sa carrière restera marquée par ses collaborations suivies avec Milius et Verhoeven, pour lesquels il aura su faire ressortir le caractère épique de leurs univers tout en laissant passer un supplément d'émotion et d'humanité bienvenu. Il n'est que de se souvenir des accents du Love thème de la saga médiévale de Verhoeven ou du morceau qui accompagne la mort de la mère de Conan enfant pour comprendre l'apport essentiel ce créateur qui n'aura pas toujours pu donner le maximum de son talent. Je vais me remettre du Poledouris sur ma platine.

Commentaires

Je te conseille également la prestation assez drôle de Jack Palance en moine libidineux dans la belle adaptation par Jesus Franco de la "Justine" de Sade (je viens de découvrir ce film et il m'a bien plu!)
J'avoue n'avoir jamais trop accroché au cinéma d'Altman (à quelques exceptions près : Nashville, MASH ou Short cuts) mais c'est vrai que c'était une figure du cinéma américain.
Je n'aimais pas non plus les films de Francis Girod mais on se souviendra quand même de cette farce macabre assez réussie qu'était "le trio infernal"...

Écrit par : Dr Orlof | 21/11/2006

Girod, oui, pour être franc, ça ne m'a pas touché, cinématographiquement parlant. Je me souviens surtout de la façon dont Michel Polac lui avait remonté le début du "Grand frère" dans "Droit de réponse", puis lui avait montré le résultat en lui disant que leur version avait plus de pêche. Tête de Girod ! Ca c'était de la critique active.
Palance, je sais qu'il a fréquenté des films "bis" que je ne connais malheureusement pas et où je suis sûr qu'il donnait la (dé)mesure de son talent. Palance chez Franco, ça donne envie.

Écrit par : Vincent | 21/11/2006

J'ai appris par hasard la disparition de Jack Palance… C'était une gueule ! Et ce matin "réveil" avec le départ de l'homme au plus beau plan-séquence. J'en parle souvent à des amis de cette séquence d'ouverture extraordinaire et pas bidonnée comme celui de Brian de Palma…

Écrit par : imposture | 22/11/2006

Je n'ai qu'une connaissance lacunaire de l'oeuvre de Robert Altman mais son Gosford Park m'avait impressionné...

Écrit par : el pibe | 26/11/2006

félicitations, El Pibe, tu viens d'écrire le 500e commentaire sur ce blog. je me demandais qui le ferais, sachant que j'avais pris soin d'écrire le 499e. Merci.

Concernant Altman, je ne connais pas "Gosford Park" mais quand j'écrivais que je connaissais mal sa première partie de carrière, j'oubliais "M*A*S*H*" et surtout l'extraordinaire "Le privé" avec cette scéne d'anthologie entre Eliot Gould et son chat.

Écrit par : Vincent | 26/11/2006

SALUT A TOI/PALANCE:OUI,UN GRAND PARMI LES GRANDS...UN JEU "OPPRESSé"...A LA LIMITE DE LA SUFFOCATION HAINEUSE... DANGEREUX ET IMPREVISIBLE... UN PEU COMME WILLIAM SMITH.../PALANCE MONSTRUEUX DANS "ATTACK" FILM PILLé PAR SPIELBERG...(ENTRE AUTRES PILLAGES...NEANMOINS BIS...)/PALANCE SOLITAIRE IN "LA PEUR AU VENTRE" ,FACE A UN LEE MARVIN Débutant ET UNE SHEYLLEY WINTER ENCORE GIRONDE.../PALANCE FACE A MITCHUM SUR UN TELEPHERIQUE/FACE A ALAN LADD DANS LA BOUE/EN CHEF BARBARE/EN DRACULA...FACE A LANCASTER ET MARVIN (VEDETTE) IN LES PROFESSIONNELS.../ETC...ET BIEN SûR DANS LE WESTERN EUROPEEN...//ET,NOIRET...ADMIRABLE IN "LE VIEUX FUSIL" DU GRAND ROBERT ENRICO...ENRICO DISPARU DANS LE PLUS TOTAL SILENCE-NIVEAU-CES PUTAINS DE MEDIAS TRICOLORES-AH LE VIEUX FUSIL...ET CE PASSAGE CAUCHEMARDESQUE DE LA MORT DE ROMY SCHNEIDER...FULGURANT...ET DEFINITIF...COMMENT AIMER LA GUERRE APRES CA ...//////////////MON THEMATIQUE "SPECIAL GIULIANO GEMMA" EST EDITé...J'ENCHAINE AVEC UN "SPECIAL MICHEL CONSTANTIN".../// LE BIS...MES POTOS...TOUJOURS LE BIS ...//////// SCIARRA DERRY ALIAS VINCE ROGERS/ http://cinemaandrock.monsite.wanadoo.fr ET cinemaandrok.over-blog.com

Écrit par : sciarra derry alias vince rogers | 28/11/2006

SUITE// TU CITES,"LE PRIVé" AVEC E.GOULD,VARIANTE TRES INTERESSANTE DE L'UNIVERS "PRIVATE INVESTIGATOR",+ PEUT ETRE QUE LE CHINATOWN DE POLANSKI,MOINS QUE LES P.NEWMAN,LES MITCHUM,VOIRE MEME LES SERIES AVEC STACY KEACH (AH SPILLANE...) OU ENCORE "BURMA" (AH MALLET...)-ET,IN "LE PRIVé",IL Y AVAIT LE BODYBUILDé FIGURANT ARNOLD ...//
"MASH." ...JE N'AI JAMAIS ACCROCHé A CE GENRE DE CINOCHE US,SE VOULANT FARCE DENONCIATRICE DE LA POLITIQUE...MOINS DONNEUR DE LECON QUE D'AUTRES ... PEUT ETRE..MAIS NEANMOINS VITE DAté...//LE PIRE-POUR MOI-FUT KUBRICK ET SON "DR.FOLAMOUR" ...//SON ODYSSEE DE L'ESPACE ETANT ENCORE PLUS PRISE DE TETE QUE LE "SOLARIS" POST-STALINIEN...C'EST DIRE...UN CINEMA DE CINEMATHEQUE...POLITIQUEMENT-TRES-TRES-TRES CORRECT EN DEFINITIVE...A Y BIEN REGARDER...//IMPOSTURE PAS TRES LOIN...//RESTE "SPARTACUS" -SIGNé KIRK DOUGLAS AU FOND, COMPLETEMENT MEME ...ET LE FILM SUR 14/18...MAIS,ENCORE TROP TIMIDE POUR CE DERNIER ...BEAUCOUP TROP...
MIEUX VAUT SE REPASSER "LE VIEUX FUSIL" D'ENRICO...OU "EL MECERNARIO"...OU "ATTACK"...///CONCERNANT
GIROT...LE TRIO INFERNAL...SE REPASSER PLUTOT "LES DIABOLIQUES" DE CLOUZOT...C'EST BEAUCOUP PLUS SOLIDE...A MON AVIS////
BIS... VOUS AVEZ DIT BIS... COMME C'EST ...
SALUT A TOI CAMARADE/////////////DERRY SCIARRA ALIAS VINCE ROGERS http://cinemaandrock.over-blog.com

Écrit par : DERRY SCIARRA ALIAS VINCE ROGERS | 28/11/2006

Alexandre le Bienheureux pour Noiret, La Chair et le Sang pour Poledouris, John McCabe pour Altman...
Arrivent encore sur eightdayzaweek: Panique dans la Rue pour Palance... et Baisers Volés pour Claude Jade.
Méchant hiver pour le cinoche, pas ?

Écrit par : mariaque | 02/12/2006

Claude Jade ? Allons bon.

Écrit par : Vincent | 03/12/2006

Écrire un commentaire