Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2004-12 | Page d'accueil | 2005-02 »

27/01/2005

Courts métrages


Je vais partir quelques jours pour le grand évènement annuel en matière de courts métrages : le festival de Clermont Ferrand. Cette manifestation, j'adore y aller ! C'est tellement plus agréable que Cannes, ses vigiles et ses castes. Là, pas de problème pour aborder un réalisateur dans la rue, il est presque aussi peu connu que vous.

Et puis, le court, c'est riche. Voir dix films en deux heures, c'est chouette. Mis à part les deux sélections, française et internationale, il y a du numérique, de l'animation, des rétropectives (Truffaut l'an dernier, très belle), des programmes spéciaux, parfois incroyables, bref, de quoi s'occuper toute la journée et la soirée. Ensuite, place aux afters...

Clermont existe depuis plus de vingt ans et ils ont fait énormément pour la reconnaissance du court. Malgré les critiques, comme la polémique de l'an dernier, cela reste le meilleur endroit pour découvrir les auteurs à venir du monde entier. Les programmations ont lieu dans toute la ville, toutes les salles, les amphis des facultés, les cinémas du centre et de la périphérie. C'est la fête.

Et puis, les gens sont agréables et compensent en chaleur humaine le froid qui peut être, en janvier, redoutable.

Les dates de cette année : 28 janvier - 5 février

le site

20/01/2005

Affiche

L’autre jour, dans le hall d’un cinéma niçois du centre ville, je suis tombé sur une affiche qui m’a fait beaucoup de peine. C’est une affiche qui nous annonce, de façon apocalyptique, que le piratage va tuer le cinéma. Il y a, en ce moment, une certaine focalisation sur le piratage, que ce soit en musique comme en cinéma avec poursuites et procès à la clef. On nous annonce donc que l’échange de fichiers, via les réseaux P2P sur Internet, va tuer le cinéma, la musique et la sauce béarnaise.

Je trouve que cela relève d’un certain culot. Pourquoi ? Parce que, pour se limiter au cinéma, je ne me souviens pas avoir vu des affiches similaires pour dénoncer les atteintes au statut des intermittents du spectacle, autrement plus graves en ce qui concerne la création. Parce que je ne me souviens pas avoir vu d’affiches dénoncer le désengagement de Canal+ dans le financement du cinéma. Parce que je ne me souviens de rien pour alerter le public du danger des multiplexes, ces hypermarchés du film. Parce que rien sur la défense de l’exception culturelle.

C’est culotté et hypocrite, insultant pour les spectateurs et assez malvenu. Pourquoi ? Parce que, en ce début d’année, on nous annonce une année cinéma exceptionnelle. La meilleure depuis 1987 ! Parce que les ventes de DVD explosent et, comme le fait remarquer Antoine de Baecque sur son « chat » de Libération, les DVD donnent envie aux spectateurs de retrouver le chemin des salles. Etonnant non ? Parce qu’il ne faut pas oublier, même si les films qui fonctionnent le mieux sont des films commerciaux, que le système d’aide français fait qu’automatiquement, les entrées en salle induiront une augmentation des aides aux films français, quelqu’ils soient.

Alors, ça veut dire quoi cette façon de culpabiliser les spectateurs ? Qu’est-ce que c’est que cette façon d’accueillir le public ?

Bien sûr, d’accord pour les pirates qui filment en salle (quoi qu’on les voit rarement filmer le dernier Kiarostami !) OK pour ceux qui revendent des copies, ce n’est pas élégant… Mais pour le reste, il est largement temps de redéfinir la notion de copie privée et cesser de vouloir gratter le beurre, l’argent du beurre et le sourire du cinéphile. Les majors du cinéma se foutent de nous quand ils revendent à prix d’or leurs catalogues amortis depuis 40 ans. Surtout quand il n’y a aucun travail éditorial autour (et je salue ici les éditions de Wild Side, HK vidéo, MK2, là au moins, il y a une véritable valeur ajoutée).

Que les salles se prêtent à cette pitrerie est désolant quand on sait que leur malheur est venu de la télévision et de sa démission en matière de propagation de la culture cinématographique. Une petite affiche sur le sujet, peut être ?

Personnellement, je ne charge pas de films. Ce qui m’intéresse dans le DVD, ce sont les possibilités de la VO et du sous titrage. Et puis, surtout, je n’ai pas de télévision, je me souviens de la phrase de Godard (qui d’autre !) qui dit à peu près que quand on a vu un film à la télévision, c’est comme si on disait avoir vu un tableau alors que l’on n’en a vu qu’une mauvaise photocopie. Et oui, le DVD, comme le CD, ce ne sont que des copies de copies des œuvres originales. Ben merde lors !

Au lieu de hurler au pirate, il serait plus normal de rappeler que l’endroit pour découvrir, voir et revoir un film, c’est la salle. Qu’il n’y a pas assez de salles et pas assez de programmations. Que ce n’est pas en inondant de milliers de copies les écrans avec le dernier « blockbuster » que l’on va défendre le cinéma. Et que celui-ci, si on le pirate, ce n’est vraiment pas bien grave.

« A la télévision, on baisse la tête pour voir le film, au cinéma, on la lève ».

09/01/2005

Paul Carpita à Nice

Les associations Cinéma sans Frontières et l'association Regard Indépendant (ex Coopérative du Cinéma et du Spectacle) ont unis leurs efforts pour proposer aux spectateurs niçois les trois longs métrages du réalisateur marseillais Paul CARPITA.

LE RENDEZ VOUS DES QUAIS (1954), SABLES MOUVANTS (1996) et MARCHE ET RÊVE (2002) seront présentés en présence de leur auteur les vendredi 21 et samedi 22 janvier 2005 au cinéma Mercury, place Garibaldi.

"Quand j'étais jeune, j'allais voir les films de Jean Gabin, de Fernandel (...) J'ai toujours été très libre par rapport aux modes, aux écoles. (...) Il est vrai que les films italiens néo-réalistes, ceux de Vittorio De Sica, Roberto Rossellini, Giuseppe de Santis, me touchaient beaucoup, mais si influence il y a eu sur moi, elle était inconsciente. Encore aujourd'hui, je fais les choses d'instinct, spontanément."

Cinéaste atypique issu d’un milieu ouvrier, Paul Carpita attrape très jeune le virus du cinéma. Après la seconde guerre mondiale au cours de laquelle il a rejoint les FTP (Francs Tireurs Partisans), il crée avec ses camarades de combat le groupe militant Cinepax, totalement autonome, dont l'objectif est la réalisation et la diffusion de documentaires politiques et sociaux. Car Paul Carpita est un homme engagé, impliqué dans la vie politique et sociale, adhèrent du Parti Communiste.

Au début des années 50, devenu instituteur, il se lance dans l’aventure d’un premier long métrage : LE RENDEZ VOUS DES QUAIS qui dépeint un violent mouvement de grève des dockers marseillais à l'arrivée des dépouilles et des soldats blessés d'Indochine sur le Vieux Port. Le film est réalisé complètement hors du « système » du cinéma français d’alors, avec une énergie, une humanité, une économie de moyen et un sens documentaire qui rappellent le néoréalisme italien comme ils annoncent la nouvelle vague.

Le film sort en 1955 mais est aussitôt censuré car s’il parle d’Indochine, il sous entend aussi l’Algérie que l’on appelle pas encore une guerre. Isolé artistiquement, peu soutenu politiquement, Paul Carpita voit avec déchirement son film saisi et interdit. Il ne sort finalement en salles qu'en 1991.

Mais Paul Carpita ne baisse pas les bras. Son désir de cinéma reste le plus fort et il va continuer, pendant plus de dix ans, à tourner des courts métrages. LA RECREATION, GRAINES AU VENT, DEMAIN L’AMOUR, ADIEU JESUS, tous portent la trace de la blessure de la censure du RENDEZ-VOUS DES QUAIS. Tous portent aussi le regard d’un cinéaste authentique.
En 1995, Paul Carpita signe enfin un second long métrage, LES SABLES MOUVANTS, présenté lors des 4e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice. Drame poignant, le film est situé dans les années 50 et a comme toile de fond le destin de travailleurs clandestins exploités dans les rizières de Camargue.

En 2002, Paul Carpita change de registre avec une véritable comédie : MARCHE ET REVE ! (LES HOMARDS DE L'UTOPIE). Fim généreux, film sur l'amitié et les illusions perdues, film aussi qui parle de chômage, de licenciements, de mondialisation, MARCHE ET REVE ! suit l’itinéraire d’une bande de copains décidés à donner corps à leurs rêves.

"(J’ai eu) envie de ça, de cette bonne humeur, de cette faconde. J'ai trouvé le joint pour que les gens rient, avec cette histoire d'arnaque à l'assurance. Quand j'ai vu le film pour la première fois avec le public, j'avais honte, parce que les gens riaient tellement que j'étais entraîné et que je riais aussi. Ils m'avaient à chaque fois, ces couillon, les Russo, et le Souza !"

Plus qu’un grand réalisateur, Paul Carpita est un grand poète dans la lignée du réalisme poétique. Un cinéaste unique, à découvrir ou redécouvrir, qui prépare, à plus de 80 ans, son prochain long métrage avec l’enthousiasme et la foi d’un jeune homme.
 
Photographies : le site de paul Carpita
Les DVDs 

03/01/2005

Voeux

Meilleurs vœux de belle et bonne année à tous

Difficile pourtant de démarrer le cœur léger après la catastrophe qui a touchée le sud-est asiatique. Vous trouverez, ci-dessous, une liste non limitative d’organismes qui centralisent dons et secours.

Secours populaire français
BP 3303, 75123 Paris Cedex 3
www.secours-populaire.asso.fr

Unicef
Urgence séisme Asie du Sud, BP 600, 75006 Paris
www.unicef.asso.fr

Croix-Rouge française
Séisme Asie, BP 100, 75008 Paris.
www.croix-rouge.fr

Fédération internationale
www.donate.ifrc.org

Secours islamique français
CCP 29 19 D Paris.

Secours catholique
Séisme Asie du Sud BP 455, 75007 Paris.
www.secours-catholique.asso.fr

Fondation de France
Solidarité Asie du Sud, BP 22, 75008 Paris.
www.fdf.org

Action contre la faim
Libre réponse 64 731, 75681 Paris
www.actioncontrelafaim.org

Médecins sans frontières
Urgence Asie, BP 2004, 75011 Paris.
www.msf.fr

Médecins du Monde
Urgence raz de marée Asie, BP 100, 75018 Paris.
www.médecinsdumonde.org

08:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blog, voeux |  del.icio.us |  Facebook | |  Imprimer | |