Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le regard, la parole, Anna Karina | Page d'accueil | Joyeuses fêtes ! »

17/12/2019

Franz le bienheureux

A Hidden Life (Une vie cachée, 2019), de Terrence Malick

J'ai toujours eu du mal avec le cinéma de Terrence Malick et, en conséquence, cela faisait un bail que je n'avais pas vu un de ses films. Mais j'ai eu l'occasion de découvrir son nouvel opus lors du dernier festival de Cannes. C'est l'avantage de cette ambiance particulière où l'on peut se laisser aller à prendre des nouvelles comme par politesse. Après tout, une bonne surprise est toujours possible. Mais pas cette fois. Dès les premiers plans de A Hidden Life, je me suis souvenu pourquoi je n'aimais pas le cinéma de Malik, pourquoi il ne me touche pas et, même m'agace. Son film suit le destin de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refuse de combattre pour les nazis. Objecteur conscience, il est arrêté, condamné et exécuté en 1943. Le sujet est intéressant et, dans d'autres mains, il aurait pu donner matière à une œuvre porteuse de sens pour aujourd'hui. Mais pas cette fois. Qu'est-ce qui ne va pas ? D'abord la forme. Malick, en cela fidèle à ses choix artistiques, utilise un objectif de type grand angle qui donne un effet déformant, « fish-eye » comme disent les anglo-saxons. Sa caméra est souvent mobile avec de longs mouvements qui me donnent (trop) souvent l’impression d'avoir été fait avec drone. J'ignore si c'est le cas, mais c'est ce que je ressens. Et la combinaison des deux me déplaît au plus haut point. Je n'ai rien contre ce type d'effets, mais à petite dose et de manière adaptée. Dans le cas de ce film, ce qui me heurte, c'est leur utilisation pour un récit ancré dans une petite communauté rurale de la fin des années trente, reconstituée avec soin par ailleurs. J'y vois un choc esthétique impossible à surmonter entre ce qui est montré et la façon dont cela est montré. Il se trouve que j'ai eu l'autre soir l'occasion de découvrir, enfin, Stars in My Crown (1950), œuvre sublime de Jacques Tourneur. Ce film se déroule dans une petite communauté rurale, américaine et reconstituée avec soin, dans la seconde moitié du XIXème siècle. C'est aussi une histoire de conviction, de foi, d'engagement, de famille, de violence. Mais c'est filmé avec ce beau format classique plus carré, sans doute avec un objectif de 50 mm, le plus proche de la vision humaine. Du cinéma à hauteur d'homme tel que le pratiquent mes réalisateurs de chevet. Chez Malick on a un cinéma à hauteur de Dieu avec une image de caméra de surveillance.

Sur le fond, c'est pareil. Le destin de Franz Jägerstätter aurait du me toucher mais la façon dont Malick me le raconte me rend son personnage presque antipathique. Ce qui me gêne, c'est qu'il vit son objection de conscience à travers le seul prisme de sa religion, elle même vécue de façon très rigoriste comme un Amish ou un témoin de Jéhovah (qui furent eux aussi persécutés par les nazis). Je ne sais pas ce qu'il en était du Franz réel, mais celui de Malick ne semble avoir ni conviction politique, ni conscience individuelle. Il est porté par une foi qui ne souffre aucune question et semble l'amener à rechercher le martyre comme un premier chrétien face aux lions. Je n'ai été qu'à moitié surpris d'apprendre que notre homme avait été canonisé par l'église catholique. Belle référence ! Franz Jägerstätter est donc bien loin d'une Sophie Scholl du réseau de la Rose Blanche. Il ne cherche ni à résister au-delà de son cas propre (et donc guidé par sa religion), ni à fuir, ni à prendre en compte l'intérêt de sa famille qu'il fait passer après sa foi. Et Malick de déployer son lyrisme mystique pour sublimer son illuminé autrichien. J'ai le plus grand mal à avaler à ce discours. Et je me demande quel sens il faut donner à un tel film dans le monde où nous vivons, entourés d'un tas d'autres illuminés guidés par leur foi. Est-ce bien raisonnable ? Curieusement, pour revenir au film de Tourneur dont le personnage principal, joué par Joël McCrea, est un pasteur aux convictions solides qu'il est capable de questionner, je n'ai jamais eu le moindre soupçon d'irritation, bien au contraire, tant règnent la finesse et la nuance, à hauteur d'homme.

Commentaires

Tu es donc en train de me convaincre de l'éviter (j'avais trouver que ses deux derniers étaient de belles purges)

Écrit par : dr orlof | 17/12/2019

Comme je n'ai rien vu de lui depuis vingt ans, je ne sait pas trop :) mais je te fais confiance, sur le côté purge, celui-ci me semble dans la lignée !

Écrit par : Vincent | 17/12/2019

Ouh la la ! déjà la BA me gavait gravissime. J'aime bien August Diehl mais pas au point de devoir le supporter dans nimporte nawak. Pas trop cachée la vie sous les drones de dieu :p #ausecours
Et la double langue m'a également donné envie de me gratter au sang donc, non merci je vais rester au chaud pour caresser langoureusement l'herbe à chats de mes matous

Écrit par : FredMJG | 23/12/2019

ha oui, ça ferait un beau plan ça, la main qui passe sur l'herbe à chat :)

Écrit par : Vincent | 23/12/2019

Moi au contraire, sans tout adorer, je me tourne volontiers sur le dernier Malick. Sauf que là, j'ai pas eu l'occasion et j'ai quand même plus de réticence que sur les précédents. The tree of life, à mes yeux, marque la décennie qui s'est écoulée comme Mulholland drive marquait la précédente. Les suivants n'avaient pas la même capacité à me bousculer mais leur côté sybilin me fascine assez. Song to song marquait toutefois une usure. Et, ce qui me plaît tant chez Tarantino, ici me paraît en tout point redoutable : le sujet historique...

Écrit par : Benjamin | 04/01/2020

Tu m'as fait rire avec ton :"un cinéma à hauteur de Dieu avec une image de caméra de surveillance."
Je suis assez daccord avec toi. C'est tres beau mais ces plans qui déforment les visages sont fatigants et fonnent le tournis.
Je n'ai pas trouvé Franz antipathique, ça doit être grâce à August mais plus mystique que Jésus (qui a douté de sa foi), il faut le faire !

Écrit par : Pascale | 27/01/2020

ça me rassure de voir que je ne suis pas seul a avoir du ml avec ce genre de mise en scène, au-delà de mes réticences de fond sur Malik. C'est bien vu le mysticisme jusqu'au-boutiste de Franz. Ceci cit l'acteur, je l'aime bien aussi :)

Écrit par : Vincent | 28/01/2020

Écrire un commentaire