Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ettore Scola par Gérard Courant | Page d'accueil | Bien entouré (Va savoir) »

31/01/2016

Bien entouré (hommage)

celine-and-julie-and-jacques08-08-28.jpg

Jacques Rivette entre Juliet Berto et Dominique Labourier sur le tournage de Céline et Julie vont en bateau (1974). Photographie DR. Source Mubi.

Commentaires

Comme disait JLG, Rivette n'habitait pas le cinéma, il était habité par le cinéma, et sans doute plus qu'aucun autre. Quelle perte...

Écrit par : Griffe | 31/01/2016

Bonsoir, Griffe. C'est vraiment une génération qui s'éteint, JLG doit être le dernier. Je ne connaissais pas cette citation, mais elle est superbe. Je me dis toujours qu'il reste leurs films.
Je confesse aussi que je ne connais pas si bien ceux de Rivette, j'y suis venu sur le tard avec "Va savoir" et après tous ceux qui ont suivi, sauf sa Jeanne d'Arc. J'ai encore beaucoup à découvrir.
Un peu sur le fil, j'en profites pour te souhaiter une bonne année. Et pour te dire que j'ai raté le dernier Guédiguian à mon corps défendant, mais je compte bien me rattraper.

Écrit par : Vincent | 31/01/2016

LE MONDE | 30.01.2016, à 06h 34

Jean Narboni : « Un exemple de rigueur, de tranchant »

Critique, Jean Narboni a collaboré à partir de 1963 aux Cahiers du cinéma, après que Jacques Rivette en a ravi la direction à Eric Rohmer.

« J’ai fait la connaissance de Jacques Rivette en 1962 à la Cinémathèque française, rue d’Ulm, que je fréquentais comme cinéphile, en même temps que je poursuivais mes études de médecine. Il était pour moi un modèle absolu, le plus grand critique des Cahiers du cinéma, et il le reste d’ailleurs aujourd’hui toutes périodes confondues. Un exemple de rigueur, d’écriture, de tranchant. Je lui ai donc adressé la parole, et il n’a pas tardé à me demander d’écrire, puis de travailler, comme secrétaire de rédaction, aux Cahiers. J’ai commencé à mi-temps, puis j’ai fini par arrêter médecine. J’ai été très proche de lui durant ces quelques années, nous passions des journées entières à travailler ensemble.
D’ailleurs, c’est assez simple, on ne pouvait voir Rivette qu’à condition de travailler avec lui. Il était littéralement immergé dans le cinéma, ce qui ne l’empêcha pas d’avoir ouvert la cinéphilie des Cahiers à d’autres disciplines, comme la psychanalyse ou le structuralisme. Un jour, il s’était mis en tête, de manière un peu délirante, de travailler le rapport du cinéma aux mathématiques : nous avons dû nous y mettre, à raison de quelques cours par semaine, mais ça n’a pas heureusement duré trop longtemps. La musique était notre autre grand terrain d’entente. C’était une période très heureuse. J’ai de lui le souvenir non de l’ascète qu’on décrit parfois, mais d’un être au charme infini, à l’intelligence pénétrante, aux rires inextinguibles parfois. Il a été, dans l’histoire de la critique française, un grand précurseur. »

Écrit par : la chambre – éclair :-] | 02/02/2016

Zut, la photo n'est pas passée ?!!

La voici (en croisant les doigts)…

Écrit par : oups ! | 02/02/2016

Eh bien, toujours pas !

Encore un essai ; sinon tant pis…

Écrit par : grr | 02/02/2016

Ca ne passera pas les photos, ce n'est pas Facebook :) Tu peux me l'envoyer par mail si tu veux.

Écrit par : Vincentcent | 02/02/2016

LE MONDE | 30.01.2016, à 06h 34

Jean Narboni : « Un exemple de rigueur, de tranchant »

Critique, Jean Narboni a collaboré à partir de 1963 aux Cahiers du cinéma, après que Jacques Rivette en a ravi la direction à Eric Rohmer.

« J’ai fait la connaissance de Jacques Rivette en 1962 à la Cinémathèque française, rue d’Ulm, que je fréquentais comme cinéphile, en même temps que je poursuivais mes études de médecine. Il était pour moi un modèle absolu, le plus grand critique des Cahiers du cinéma, et il le reste d’ailleurs aujourd’hui toutes périodes confondues. Un exemple de rigueur, d’écriture, de tranchant. Je lui ai donc adressé la parole, et il n’a pas tardé à me demander d’écrire, puis de travailler, comme secrétaire de rédaction, aux Cahiers. J’ai commencé à mi-temps, puis j’ai fini par arrêter médecine. J’ai été très proche de lui durant ces quelques années, nous passions des journées entières à travailler ensemble.
D’ailleurs, c’est assez simple, on ne pouvait voir Rivette qu’à condition de travailler avec lui. Il était littéralement immergé dans le cinéma, ce qui ne l’empêcha pas d’avoir ouvert la cinéphilie des Cahiers à d’autres disciplines, comme la psychanalyse ou le structuralisme. Un jour, il s’était mis en tête, de manière un peu délirante, de travailler le rapport du cinéma aux mathématiques : nous avons dû nous y mettre, à raison de quelques cours par semaine, mais ça n’a pas heureusement duré trop longtemps. La musique était notre autre grand terrain d’entente. C’était une période très heureuse. J’ai de lui le souvenir non de l’ascète qu’on décrit parfois, mais d’un être au charme infini, à l’intelligence pénétrante, aux rires inextinguibles parfois. Il a été, dans l’histoire de la critique française, un grand précurseur. »

Écrit par : la chambre – éclair :-] | 04/02/2016

Merci pour ce texte. Quand on lit les évocations de cette période, il y a comme un regret d'être venu au monde un peu tard.

Écrit par : Vincentcent | 08/02/2016

Les commentaires sont fermés.