Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'enfer des ninjas | Page d'accueil | Et le vent apporta la violence »

10/09/2014

Marquant

Une petite liste pour la rentrée, je ne saurais résister. Celle-ci m'est proposée par le Bon Docteur Orlof via un réseau social que tout le monde connaît bien : quels sont les dix films qui vous ont marqué. Un film qui marque, c'est vaste. Choc esthétique, émotionnel, circonstances particulières, rencontre décisive avec un univers, nous sommes marqués de bien des manières. Je vais donc remonter pour la majorité des titres à mon enfance et aux souvenir que je sais avoir conservés jusqu'ici, sans que la marque qu'ils ont imprimé en moi n'ait été conditionnée par tout ce que j'ai pu voir ou apprendre depuis lors. Une marque brute en quelque sorte.

Cinq tulipes rouges (1949) de Jean Stelli est une histoire de meurtre pendant le tour de France. J'ai fini cet été par revoir ce film que je recherchais depuis plus de quarante ans. Enfant, il alliait mon goût des films et du vélo et javais été impressionné par son atmosphère de mystère et par l'accident du coureur dont on avait scié le guidon. Très souvent quand je fais du vélo, je pense à cette scène.

questionnaire

King Kong (1933) de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack. Que dire ? Découvert vers 7 ou 8 ans, je ne m'en suis jamais remis. C'est un des films que j'ai vu le plus grand nombre de fois. Le plan du métro qui surgit du fond du tunnel, je ne sais pas pourquoi, est une image qui m'a toujours hanté.

questionnaire

Les pirates du rail (1937) de Christian Jaque. Aventures exotiques en Chine. Vu là encore très jeune, j'ai conservé ces images nocturnes du train mitraillé qui entre dans la gare sous la pluie avec les cadavres qui pendent des wagons. J'avais sans doute été sensible à l'atmosphère un peu étrange de certaines scènes et à Erich Von Stroheim en général chinois à monocle.

questionnaire

Bend of the river (Les affameurs – 1952) d'Anthony Mann. Le western en général m'a impressionné très tôt. Sur ce film, les « houhou » nocturnes des indiens et la flèche dans la gorge de Julia Addams ont été d'un traumatisme durable. J'ai aussi longtemps mêlé l'abandon de James Stewart en montagne et celui de John Wayne dans Red river (1948) de Howard Hawks.

questionnaire

Escape from Fort Bravo (1953) de John Sturges. Dans celui-ci, que j'ai mis très longtemps à revoir, c'est l'attaque finale des indiens qui envoient des volées de flèches sur le petit groupe de héros coincés dans un trou qui m'est restée. Il parait que John Carpenter aussi en avait été traumatisé.

questionnaire

Il grande silenzio (Le grand silence – 1968) de Sergio Corbucci. J'ai déjà raconté, je crois, combien j'ai été choqué par le final de ce film vu vers 15 ans à la télévision. C'est, et ça reste d'une certaine façon, la transgression absolue. Je dois être trop sensible.

questionnaire

Rio Bravo (1959) de Howard Hawks. Qui a dit encore ? Ce film m'a marqué de toutes les façon dont un film peut le faire. Ce qui le distingue, c'est que c'est au cours de l'une de mes nombreuses visions que j'ai eu la, j'ose à peine l'écrire, révélation de ce que qu'était la mise en scène de cinéma.

questionnaire

Ai no korīda (L'empire des sens – 1976) de Nagisa Oshima. Là, je suis plus grand, adulte même. Ce film qui en a marqué bien d'autres que moi, fait partie de ces œuvres dont je connaissais la réputation et auxquelles je devais, un jour ou l'autre, me mesurer. Le film d'Oshima fait partie de ces films rares qui sont à la hauteur de leur renommée et dont le pouvoir fascinant et ravageur pour nos âmes ne perd jamais en intensité.

questionnaire

Salò (1975) de Pier Paolo Pasolini en est un autre. J'ai un souvenir très fort de la projection en salle, une salle bondée où l'on sentait palpable la tension des spectateurs. Pour moi, c'est le film qui m'a le plus éprouvé, dans le bon sens du terme. Jusqu'ici indépassable.

questionnaire

Photographies : RKO, Warner Bros., Universal et DR.

Commentaires

Bonjour Vincent, comment allez-vous? Que de souvenir, votre choix est parfait! J'aurais rajouté: "The wild Bunch" "La ragazza con la valigia" "the quiet man" "The arragement" "China gate"... Il y a tellement de souvenir qui nous fait grandir et aimer. Je vous souhaite un bon week end.

Écrit par : claude kilbert | 12/09/2014

Bonjour Claude, il y a tant de films qui nous ont marqué ! "China gate", je l'ai découvert cette année, c'est superbe et puis Angie Dickinson et ses jambes, quel plaisir.

Écrit par : Vincent | 12/09/2014

En fait, on n'en finirait pas :)
Bon, y en a au moins un qui reconnaît que le Pasolini, ben, oui, quoi. Il m'est impossible d'envisager de le revoir.

Écrit par : FredMJG | 13/09/2014

Fred, je me suis souvent posé la question, Je pense qu'aujourd'hui je le reverrais volontiers, mais je crains que si c'est en DVD, dans mes pantoufles, ça n'ait pas le même impact que cette séance collective. Le cadre était aussi important que la toile :)

Écrit par : Vincent | 13/09/2014

Films éprouvant c'est vrai, difficile revoir, mais Pasolini est un prophète, il annonce l'horreur d'aujourd'hui, celle déverser par nos médias!

Écrit par : claude kilbert | 13/09/2014

Le Pasolini m'avait marqué en salle (je l'ai vu dans le cadre d'une reprise) et je l'ai revu avec beaucoup d'intérêt en DVD. C'est un film traumatisant mais qui reste superbe (sans doute mon préféré du cinéaste).
Sinon, je vois que tu restes très classique mais que serait notre Vincent sans le western ;)

Écrit par : Dr Orlof | 15/09/2014

Je pense que la vision en DVD doit permettre de voir d'autres choses dans le film, peut être de prendre du recul. Le "traumatisme" tient quand même en partie à l’expérience en salle où la puissance du film est maximale. Je ne pense pas pouvoir dire que c'est mon film préféré de PPP tant il est à part, encore que d'un point de vue de mise en scène strict, il est préparé par la trilogie de la vie.
Le western... c'est sûr qu'il a eu une place particulière dans mes jeunes années, mais comme j'ai voulu le montrer avec les trois premiers titres, il y a eu des chocs quasi instinctifs avec des films très différents, comme "Un condé" de Boisset" où j'ai vu du sang en couleurs pour la première fois.

Écrit par : Vincent | 20/09/2014

Les commentaires sont fermés.