Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 1960 à l'affiche | Page d'accueil | A funny sense of fun »

11/12/2013

Édouard et Georges

Les noms de Georges Lautner et Édouard Molinaro sont attachés pour moi au cinéma du dimanche soir, celui des années 70 et 80. Soirées familiales où le rire est général, même s'il varie selon l'âge, puisant dans le burlesque, la grosse farce, les allusions plus fines, les répliques griffées Audiard ou Veber que l'on pourra reprendre le lendemain dans la cour de récréation ou devant la machine à café. Des pointes de violence, un frisson d'érotisme quand apparaissent Mireille Darc, Claude Jade, Barbara Steele, Miou-Miou ou Françoise Dorléac, une musique pop de Michel Magne ou les accents virevoltants de Jacques Brel. Des univers loufoques pourtant incrustés dans le quotidien dont on reconnaît, la nostalgie aidant, les signes, peuplés de de ces figures savoureuses incarnées par une sacrée collection d'acteurs populaires puisés dans trois générations d'acteurs, de Jean Gabin à Jean-Paul Belmondo, de Louis De Funès à Pierre Richard, de Lino Ventura à Daniel Auteuil. Et encore toutes ces tronches inoubliables, les Francis Blanche, André Pousse, Bernard Blier, Robert Dalban, Dalio, Paul Préboist, Mario David, Jean Luisi, Michel Constantin...

De Georges Lautner, les fameux tontons m'avaient un peu déçu. Découverts sur le tard, je connaissais déjà trop le film et ses dialogues impérissables qui fonctionnent en fait comme un gigantesque paravent. Certes, ils font leur effet si l'on est pas allergique à Audiard, mais ils occultent par exemple la délectable prestation de Claude Rich, seul contre poids bienvenu à un portrait de la jeunesse assez réac, il faut bien le dire. Et donc à part dans le groupe. Ils masquent aussi un rythme général qui manque un peu de nerf, comme le pastiche de film noir qui passe par la mise en scène, cadres, lumières et sons (il est bon de rappeler à certains "salisseurs de mémoire" que la scène de la cuisine est un hommage à Key largo (1948) de John Huston. Mais si). Mais il est surtout flagrant de voir comment dans les hommages d'aujourd'hui, le gugusse de Montauban masque la carrière assez riche d'un réalisateur à l'ambition plus élevée que ce qu'il a pu laisser paraître. Lautner ne faiblit vraiment que vers la fin des années 70 quand il entame sa collaboration avec Belmondo. Mais ce dont il était capable apparaît nettement dans les cadrages wellsiens du Septième juré en 1961, la façon dont il filme la scène d'audition de Miou-Miou dans On aura tout vu en 1976, les recherches pop dans Ne nous fâchons pas (1965) et la série des Monocle, sans parler de la tendresse et de la sensualité qu'il aura toujours mis à filmer Mireille Darc. On lui pardonnera donc quelques gros films faciles pour retenir une bonne douzaine de titres estimables (ce qui n'est pas rien) et toutes ces images au-delà de la cuisine du défunt mexicain : le tracteur rouge de Paul Préboist, le face à face littéraire entre De Funès et Darc, Marielle dans sa valise, les marcels de Constantin, les motocyclistes anglais, J'irais revoir ma Normandie sur un théâtre de Hong Kong, chacun les siennes. 

D’Édouard Molinaro, il serait facile de dire que son cinéma était du théâtre filmé, ne serait-ce que par le nombre de ses films tirés de pièces. Mais c'était du théâtre bien filmé, à commencer par Oscar (1967) qui reste un des sommets de Louis De Funès grâce à la mise en scène qui s'épanouit dans l'immense décor de la maison de Bertrand Barnier, un travail sur l'espace et les couleurs qui se rapproche de ceux de Jerry Lewis ou Jacques Tati. Molinaro aura eu l’intelligence de ne pas chercher à « aérer la pièce », ce qu'il ne réussira pas dans Hibernatus (1969), moins heureux dans le décor 1900 recréé par Hubert de Tartas (mais les scènes entre Fufu et Michael Lonsdale sont savoureuses), pas plus que dans La cage aux folles (1980) plombé par le remplacement de Jean Poiret par Ugo Tognazzi. Mais Molinaro reste pour moi le réalisateur de Mon oncle Benjamin (1969), adaptation cette fois d'un roman, celui de Claude Tillier. Film d'extérieurs somptueux, Mon oncle Benjamin est illuminé de la personnalité de Jacques Brel qui trouve là une résonance avec l'univers de ses chansons, et par la beauté de Claude Jade qui dégage une saine sensualité trop rarement exploitée. Ce film, Molinaro l'avait porté et voulu, au point d'accepter de faire Hibernatus malgré ses démêlés avec De Funès sur Oscar. Pas forcément bien accueilli, le film dégage un humanisme qui me sied. L'emmerdeur (1973) reste une belle mécanique comique, Le souper en 1992 un joli duel entre Claude Brasseur et Claude Rich. L'homme pressé (1977) un film attachant qui cherche à jouer sur le mythe Delon et La chasse à l'homme (1964) une comédie pétillante à la distribution alors pleine de promesses, un film à découvrir. Comme Lautner, Molinaro se laisse aller à certaines facilités à la fin des années 70, peut être déçu d'un manque de reconnaissance. Il se ressaisit pour ses derniers films, honorables, puis à la télévision. Difficile de dire aujourd'hui quel regard ces deux réalisateurs pouvaient porter sur leur œuvre, si le côté populaire de leurs films, et leur succès, ont suffit à les consoler d'ambitions bridées, restées si peu exprimées. Le temps, pour leurs meilleurs films, travaille pour eux.

Commentaires

Bel hommage auquel je ne vois pas grand chose à ajouter. On pourra ergoter ensuite sur certains films préférés à d'autres (pour ma part, je n'aime pas du tout le "Beaumarchais" de Molinaro alors que "Pour 100 briques, t'as plus rien" me faisait beaucoup rire ado. Ces deux cinéastes ne furent jamais géniaux (à l'inverse de quelqu'un comme de Broca lorsqu'il signe "Le magnifique") mais ce furent de bons artisans, honnêtes et (souvent) respectueux du public (Lautner s'est parfois égaré dans de grosses bouses style "Le cow-boy" ou "la cage aux folles 3").

Écrit par : Dr orlof | 11/12/2013

Bien, bien, bien, j'approuve.
J'approuve aussi bien le texte (pas vu Le 7ème Juré mais vous avez piqué ma curiosité, quant à Oscar, putain Oscar !!!) que le courageux retrait facebookien de son auteur. En ces heures d'errances publiantes (Edouard qui tire le rideau, moi, découragé, qui tente de rameuter la troupe), ce radicalisme me sied, m'inspire.
Sans doute vais-je bientôt cesser (à mon tour) les prescriptions (vieille arlésienne), usé, déçu, amer mais philosophe, et revenir au plus humble statut précédent: celui d'élève assoiffé.
Reste à bien déterminer au goulot de qui j'épancherais ma pépie.

Sachez d'ores et déjà que vous demeurerez parmi mes débits de boissons.

Écrit par : jocelyn | 12/12/2013

Bonjour à tous les deux, merci de vos messages.
Doc, je suis d'accord que tout n'est pas formidable chez l'un comme chez l'autre. Molinaro a commis "le téléphone rose", Lautner les films avec Belmondo les plus caricaturaux. Mais De Broca a eu des films assez faibles aussi.

Jocelyn, le bar est ouvert et j'offre la tournée !

Écrit par : Vincent | 13/12/2013

Me souviens aussi de Sur la route de Salina qu'avait présenté l'ami Dionnet dans les années 2000 pour Lautner ;-)

Écrit par : dr franknfurter | 13/12/2013

Jamais vu celui-là, il paraît qu'il est assez particulier dans sa filmo. Comme les deux films centrée sur Milreille Darc, "Galia" et "La grande sauterelle" (celui-là, je m'en souviens).

Écrit par : Vincent | 16/12/2013

Oui particulier c'est le mot ! Drame psycho en pleine période psychotrope
A retenir car il s'agit d'un des derniers rôles de Rita Hayworth ;-)

Écrit par : dr frankNfurter | 17/12/2013

Elle a fait plusieurs films en Europe en fin de carrière. C'était pas facile parce qu'elle avait des troubles dde mémoire. Voilà qui me donne encore plus envie de jeter un œil là-dessus.

Écrit par : Vincent | 19/12/2013

Les commentaires sont fermés.