Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Femme debout | Page d'accueil | Cannes 2013 - La fille du 14 juillet »

29/05/2013

Fragments cannois

Le grand cirque cannois a replié son chapiteau et roulé le tapis rouge. Sans ses paillettes la ville est tristounette dans ce frais mois de mai. Les amis, venus parfois de très loin, sont rentrés. Restent les multiples images des films découverts et une poignée de souvenirs dont la douceur efface heureusement les agacements habituels. Cannes 2013 c'était :

D’abord la joie de discuter du prochain film de Mikhaël Hers avec Dounia Sichov, l'une de ses actrices de Memory Lane (2010), qui sera de cette nouvelle aventure.

La séance de Lucky Luciano (1973) de Francesco Rosi à laquelle est venu assister Christopher Waltz, très studieux. A quelques sièges de lui, dans une superbe robe blanche, la belle Nicoletta Braschi.

Le chapeau de David Perrault et la veste de Antonin Peretjatko.

Le Mouton-Cadet de la fête du court.

Saluer, autour d'une délicieuse Kriek sur la plage de la Quinzaine, l'équipe de La fille du 14 juillet du même Antonin Peretjatko, juste après les fous rires de la séance.

L'intense émotion de Mohammad Rasoulof et de son équipe venus présenter Dast-neveshtehaa nemisoozand (Les manuscrits de brûlent pas), sortit clandestinement d'Iran et tourné dans des conditions difficiles. Et puis son sourire timide à la sortie de la projection.

cannes 2013

La chevelure argentée de Jim Jarmush au bout du tapis rouge.

L'idée entêtante que chaque jour je pouvais croiser Steven Spielberg au détour d'un couloir.

Et puis, parce qu'il faut bien mesurer ce que cela représente pour un cinéphile de mon acabit, la séance de la version restaurée (à tomber!) du Vertigo (Sueurs froides – 1958) d'Alfred Hitchcock en présence de Kim Novak. Élégante et alerte dans son ensemble noir et blanc, toujours très blonde, celle qui a travaillé avec Hitchcock donc mais aussi Richard Quine, Billy Wilder, Robert Aldrich, Otto Preminger ou George Sidney, la partenaire de Fred Astaire, James Stewart, Jack Lemmon ou William Holden a fait passer le souffle de la légende hollywoodienne, faisant vibrer la salle du soixantième de sa belle voix profonde.

Photographie Guy Ouillon (merci !)

Commentaires

Bonjour Vincent, comment allez-vous? Merci pour votre article, c'est une autre vision de Cannes, c'est important. Le "Bling bling" dans les médias y en mare! J'ai aimé votre référence à la Kriek et à la beauté de kim Novak, j'espère que cette version restauré de vertigo sortira en salle.

Écrit par : claude kilbert | 29/05/2013

Voilà de beaux souvenirs qui rendent un peu jaloux :) On attend maintenant avec impatience tes notes sur les films.

Écrit par : dr orlof | 30/05/2013

Bonjour Claude, je redescends doucement sur terre :) Quand on est dans le bain, le "bling bling" ne se voit pas trop et il y a de belles compensations. Un aspect pénible et que l'on ne montre pas, c'est le taux de policiers et vigiles au mètre carré ! Pour "Vertigo", je suis sûr que ce sera désormais la version de référence, bien meilleure que celle du début des années 2000.

Doc, j'ai commencé. Mes souvenirs valent bien ceux que tu as eus avec ton cinéma de Dijon :)

Écrit par : Vincent | 30/05/2013

Les commentaires sont fermés.