Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'égérie | Page d'accueil | Le sadisme par l'exemple »

10/01/2013

Le plus joli des gibiers

Dans La comtesse perverse (1974), le comte Zaroff se nomme Ivana qui est jouée par Alice Arno. Elle entretient la tradition en habitant une vaste et étrange demeure sur une île isolée où elle organise la chasse au plus dangereux gibier du monde. Elle aussi expose ses trophées dans son salon et chasse à l'arc. Pour pimenter la sauce, si j'ose ainsi m'exprimer, à l'issue de la chasse, le gibier est proprement rôti puis dégusté « à la plancha ». A vrai dire, il y a aussi un comte Zaroff qui s'appelle Rador et est un époux dévoué joué avec délectation par Howard Vernon, et c'est lui qui officie aux cuisines. Comme nous sommes chez Franco, la proie est lâchée nue dans l'île et la comtesse la poursuit dans le même tout simple appareil.

La vision d'Alice Arno, arc en bandoulière et vêtue d'un simple médaillon entre ses seins généreux, coursant Lina Romay ne portant qu'une paire d'espadrilles, fait partie des incontournables du maître. Et chez Franco, le plaisir de revisiter ses classiques passe par rendre clairement explicite tout ce qui était implicite dans la version de 1932 signée Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel, c'est à dire la dimension sexuelle tendance sadique du récit. La chasse excite le couple aristocratique et avant Thanatos, place à Éros. Comte et comtesse se livrent à des jeux à trois avec leurs victimes désignées et plus ou moins consentantes. Et puis avec un réjouissant humour noir, l'on fera déguster à la nouvelle proie une tranche (superbes côtes de bœuf saignantes à point) de celle qui l'a précédée.

jesus franco

Le film est bien construit, s'ouvrant sur l'évasion de Carole recueillie terrorisée par un couple (Robert Wood, maillon faible un peu absent, et Tania Busselier impeccable) qu'elle ignore être les pourvoyeurs des Zaroff en chair fraîche. Flashback explicatif et retour à la case départ pour la pauvre Carole. Puis passage de relais à l'innocente Sylvia, jouée avec une authentique ingénuité par Lina Romay, somptueuse, filmée très nature mais dont le rôle est peu développé. Seconde chasse qui ne s'achèvera pas comme prévu.

La comtesse perverse est un terrain de choix pour Franco qui greffe sur la trame classique son réjouissant mauvais esprit et son érotisme cette fois complètement débridé, époque oblige, qui éclate en images fortes et en dialogues à double sens, savoureux. Plans vertigineux de l’étrange demeure (El Xanadu due à l’architecte Ricardo Bofill) avec cet escalier raide que l'on monte, intérieur rouge sang avec cet escalier en zig-zag que l'on descend, ambiance surréaliste du repas, longs plans de Lina Romay vêtue d'une robe légère à la proue d'une barque, Alice et son arc, la traque dans les hautes herbes. Pourtant, le film déçoit un peu car la mise en scène est irrégulière. L'arrivée sur l'île de Carole est interminable, comme la scène de triolisme avec gros plan sur les fesses d'Howard Vernon (Est-ce bien lui ?). Elle manque de véritable intensité et s'étale complaisamment, inférieure à celle de Plaisir à trois. La chasse en elle-même s'en tient à son idée visuelle mais n'offre aucun développement. Passé l'effet de surprise et l'admiration des courbes des comédiennes, on s'ennuie vite. Franco ne traite pas l’action en elle même, ce qui peut être volontaire, mais du coup on ne frémit guère pour la belle héroïne. Et surtout, le retournement final, outre la piètre prestation de Robert Wood, arrive comme un cheveux sur la soupe, sans (presque) aucune préparation. Peut être conscient du problème, Franco donne le mot de la fin à Vernon pour une réplique... aux petits oignons et termine son film plaisant quand même par un pied de nez.

Photographie ARTE avec article d'Olivier Père

Commentaires

Non mais Howard y est comme à son habitude excellent ! et je ne l'ai même pas goûté :)
Le "héros" est mauvais comme un cochon et aurait bien mérité de finir à la broche ! La fin est totalement risible et il aurait du crever de ridicule, là, sur le champ.
Et cette maison, bon sang, cette maison !

Écrit par : FredMJG | 10/01/2013

Tu crois que c'est vraiment lui qui montre ses fesses ? J'ai eu des doutes sur cette scéne... Content de voir que tu partages mon opinion sur Robert Wood. auparavant, il avait joué dans des westerns italiens déjà assez risibles, mais il a survécu. Mais j'adore ses chemises hippies échancrées sur sa poitrine virile (hem).

Écrit par : Vincent | 10/01/2013

Pour être honnête, j'ai cru à un postiche !!!! comme les faux seins dont s'orne Rowan Atkinson dans The black adder :p
Quoiqu'il en soit, bien trop fermes, rondes et juvéniles pour mister Vernon...

Écrit par : FredMJG | 10/01/2013

"le retournement final [...] arrive comme un cheveux sur la soupe"
oui c'est une constante chez Franco, à croire qu'il sabote volontairement ses fins...

En tout cas, nous sommes d'accord, le film est au final décevant. Quelques scènes "marquantes" comme les (fausses?) fesses d'Howard Vernon, mais ça manque de consistance, certaines scènes auraient méritées d'être plus creusées, et d'autres écourtées !

Écrit par : dr franknfurter | 11/01/2013

Bonsoir cher docteur :) Sur les quatre films, je trouve que les fins sont cohérentes dans trois films, même s'il y a des retournements soudains dans "Plaisir à 3 "et "Venus in furs". Ici ce qui m'a gêné c'est surtout que le personnage joué par Robert Wood ne fonctionne pas.
Film décevant, oui, mais il semble très aimé chez les aficionados. je me suis demandé si ce n'était pas à cause de sa réputation que je m'attendais à mieux, alors que d'autres titres m'ont plus franchement surpris.

Écrit par : Vincent | 11/01/2013

Disons que le fait de voir la belle Alice nue chasser ses proies telle une amazone peut effectivement combler certains aficionados ;-)

Écrit par : dr frankNfurter | 14/01/2013

Elle peut même combler sans peine les apprentis aficionados :)

Écrit par : Vincent | 14/01/2013

Les commentaires sont fermés.