Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les proies du vampire en tenues légères | Page d'accueil | Assurance sur la mort »

19/11/2012

Nid d'espions

richard wallace

John Garfield, épaules carrées et mâchoires serrées, le regard fiévreux, traverse Fallen Sparrow (Nid d'espions) comme une boule d'énergie brute. Déterminé, incontrôlable, l'esprit sur la corde raide. Il incarne John « Kit » McKittrick revenu en ville pour mener l'enquête sur la mort (suicide ou meurtre ?) de son ami Louie Lepetino qui l'avait tiré des geôles de l'Espagne franquistes où il était torturé. McKittrick paye sa dette d'honneur et d'honneur il est beaucoup question dans Fallen Sparrow. C'est le moteur du film, au risque que son final laisse le spectateur d'aujourd'hui perplexe. Car on ne se bat pas ici pour une arme secrète où un traité vital, mais pour le dérisoire symbole d'une idée. L'étoffe dont sont faits les rêves comme dirait monsieur Guzman à propos du faucon de Malte. Cette idée est à remettre dans le contexte de l'époque. Réalisé en 1943 par Richard Wallace dans la dernière partie d'une carrière commencée comme monteur dans les années 20 chez Mack Sennett, Fallen Sparrow est un film noir agrémenté d'espionnage. En prise immédiate avec son époque comme Foreign correspondant (Correspondant 17 – 1940) d'Alfred Hitchcock, Man hunt (1941) de Fritz Lang, ou le Casablanca mythique de Michael Curtiz qui sort au même moment, c'est un film anti-nazi, le film d'une Amérique en guerre aux heures les plus sombres. Au-delà du symbole dérisoire, il y a l'idéal des démocraties et c'est l'un des mérites de Wallace de relier ce combat à celui des brigades internationales lors de la guerre d'Espagne.

Lire la suite sur les Fiches du Cinéma

Le DVD

Photographie Allmovies.com

Commentaires

Bonjour Vincent, comment allez-vous? Je suis un grand fan de john Garfield devant l' éternel sans lui Deniro et Paccino, ne serait devenu que des vendeurs de pizzas dans de mauvais films "Grand rire"! John Garfield a tellement influencé le jeu des acteurs, encore aujourd'hui son jeu est juste et naturel! J'ai un faible pour "Force of evil" d'Abe Polonsky, un des mes films cultes.

Écrit par : claude kilbert | 21/11/2012

Bonsoir Claude, je dois avouer que je le connais mal. Je sais un peu ce qu'il a fait et les problèmes qu'il a eu avec la liste noire, mais je n'ai vu que peu de ses films. La filiation avec De Niro et Pacino me semble juste. Il apporte un type de jeu neuf, comme Bogart aussi, c''st un nouveau type de visages, moins lisses, plus torturés, plus tragiques.

Écrit par : Vincent | 21/11/2012

Les commentaires sont fermés.