Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le Corbucci-Godard Blogathon du 2 au 9 décembre | Page d'accueil | Ne l'appelez plus Shirley »

25/11/2010

Chère Ingrid

Ingrid Pitt 2.JPG

Très chère Ingrid Pitt, quelle tristesse ce matin, parcourant l'un de mes blogs favoris, d'apprendre votre disparition ce mardi. Quelle vie romanesque vous avez eue. Vous avez peu tourné, chère Ingrid, mais vous avez marqué le cinéma fantastique d'une empreinte à nulle autre pareille. Avec vos grands yeux bleu d'acier, vos lèvres pleines d'une sensualité macabre, votre corps conquérant aux formes émouvantes, votre menton altier et votre maintient de reine de la nuit, vous avez gravé en nos cœurs l'image de la vampire implacable et désirable. Que j'eus aimé être perçé de vos dents délicates. En deux films, vous amenez l'érotisme vampirique à un nouveau palier. Que dire de votre façon d'étreindre les jeunes vierges de The Vampire Lovers, sinon que la façon dont vous consumez d'amour Kate O'Mara vaut bien les manières de Catherine Deneuve chez Tony Scott. Vous avez symbolisé, mieux qu'aucune autre, les films aux couleurs chaudes et écran large de l'horreur à l'anglaise, de cette libération des mœurs de la fin des années 60 qui n'excluait pas encore la poésie ni une certaine forme de naïveté. Mais combien vous nous avez fait rêver, en déshabillé transparent, parcourant d'un pas posé, fantomatique, les couloirs des anciennes demeures d'Europe Centrale. Vous êtes à jamais de ces icônes qui hantent les musées et les adolescents. Votre metteur en scène, Roy Ward Baker, est partit en avant, il y a un mois. J'aime à imaginer qu'il vous attendait, ayant préparé le studio, grands candélabres d'or, larges teintures pourpres, un château gothique au loin sur une toile peinte. Et puis au centre, une belle vasque de bronze pleine d'un bain laiteux, entourée de jeunes filles en voiles blancs prêtes au service de la comtesse sanglante. Dans un coin, à demi dans l'ombre, Peter Cushing crispe sa main sur un pieu de bois. Et vous entrez, chère Ingrid, dans la plénitude de votre beauté. Et j'en appelle au grand Will pour ce modeste hommage : Voici un noble cœur qui se brise. Bonne nuit, douce princesse de la nuit, que des essaims d’anges noirs vous bercent de leurs chants.

Photographie Famous Monsters of Filmland 121 (collection personnelle)

Commentaires

Bel hommage gothique et vampirique, vais m'empresser de dénicher ce vampire lovers.

Écrit par : Rom | 26/11/2010

Très bel hommage à Ingrid Pitt.
Comme tu le sais bien j'ai une prédilection pour les femmes vampires pas seulement chez Rollin.
Un petit scoop pour toi dans mon prochain court, il y aura des femmes vampires...

Écrit par : philippe frey. | 27/11/2010

Elle suit de peu Roy Ward Baker au fond du cercueil.

Écrit par : Princécranoir | 10/12/2010

Princécranoir, merci de votre visite. Nul doute qu'ils ne toruvent à s'occuper au fond du cercueil :)
Sinon, bel ensemble que votre texte sur le giallo.

Écrit par : Vincent | 12/12/2010

Les commentaires sont fermés.