Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 35 films en deux minutes | Page d'accueil | Les derniers jours du monde »

21/07/2010

C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases

Non moins étrange est la relation entre les gens de cinéma, les acteurs souvent, les réalisateurs parfois, et les cinéphiles, quand les premiers disparaissent. On ne les connaît généralement qu'à travers leurs rôles et leur personnage public mais ils nous sont proches. Leur rendre hommage, c'est revenir sur une sorte de compagnonnage intellectuel, sur une filmographie qui recoupe notre propre parcours d'amateur de pellicule. Il y a parfois des surprises à se retourner ainsi.

Prenons Bernard Giraudeau qui a certainement eu une belle vie et une carrière remplie. Il me donnait une impression de proximité et de régularité. Pourtant, en regardant sa filmographie, j'ai eu un peu la même impression qu'avec Paul Newman. Rien ne ressortait ou si peu de chose. Quelques solides nanards, beaucoup de films moyens, des souvenirs lointains et bien pâles. Pas désagréables mais rien de fort, à l'image de son film Les caprices d'un fleuve (1996), beau projet trop sage. Que me reste-il de Bernard Giraudeau ? L'impression laissée par Bras de Fer (1985) de Gérard Vergez, le souvenir amusé du démarquage de western italien Les longs manteaux (1986) de Gilles Behat, oublié et difficilement visible, le prêlat onctueux de Ridicule (1996) de Patrice Leconte et le regret de n'avoir jamais vu Poussière d'ange (1986) dont on dit tant de bien.

Cela pourra paraître étrange, et un peu pervers (on ne se refait pas), de mettre cette disparition partout célébrée en regard de celle d'Alfredo Sanchez Brell dit Aldo Sanbrell, Sambrell et une bonne dizaine de pseudonymes. Il est resté finalement sur son lit d'hôpital à Alicante. Sanbrell est à l'opposé de Giraudeau. C'est un second rôle avant tout, et il a tout fait. Sa filmographie compte 160 films selon IMDB pour le cinéma et la télévision et il y a là-dedans des films épouvantables par paquet de douze, des films insipides à mourir. Mais Sanbrell traverse trente ans de l'histoire du cinéma et la route de cinéastes comme Nicholas Ray, David Lean, Luis Bunuel, Vittorio Cottafavi, Richard Fleischer ou Tom Gries. Avec son allure emblématique du western italien, il aura contribué à son niveau à en créer le mythe, à en définir les codes. Il a joué dans les cinq westerns de Sergio Leone, dans deux Sergio Corbucci majeurs (l'admirable vilain de Navajoe Joe en 1966) et dans les meilleurs films de Damiano Damiani (Quien sabe ? En 1966) et Sergio Sollima (Faccia a faccia en 1967). Avec Aldo Sanbrell, nous sommes dans la légende. Inutile de dire que cela me parle d'une tout autre façon.

Et au rayon des icônes, je viens d'apprendre la disparition de la belle Vonetta Mc Gee, la partenaire de Jean Louis Trintignant dans Il grande silenzio (Le grand silence – 1969) de Sergio Corbucci. Elle avait aussi joué pour John Huston et Clint Eastwood. Madame, serviteur.

Commentaires

Merdum !
Par ailleurs, et accessoirement, "Regard indépendant" c'est vous ou un potavous ?
PS. Oui, faut essayer de voir Poussière d'ange mais ailleurs qu'à la télévision manifestement...

Écrit par : FredMJG/Frederique | 21/07/2010

Regard Indépendant, c'est une association de cinéma (curieux, isn't it ?) dont je suis président. Il y a un lien en haut à gauche dans la rubrique "cinémas de quartier" si vous voulez voir ce qu'on bricole...
A la télé, il y eu aussi "L'année des méduses" ouaf :) (A quand "Bilitis" que l'on s'amuse vraiment ?)

Écrit par : Vincent | 21/07/2010

J'irai voir ça d'un peu plus près quand je rentrerai. Mais vous êtes un exploiteur ? enfin, exploitant voulais-je dire ou vous programmez ? ^^

PS. Je suis dég' des programmes TV ! Moi qui espérais tant revoir Rue Barbare :D

Écrit par : FredMJG/Frederique | 21/07/2010

Ah oui
Si je pose des questions indiscrètes, envoyez moi paître, pas de pb

Écrit par : FredMJG/Frederique | 21/07/2010

Rien d'indiscret dans Regard Indépendant, c'est d'ailleurs pour cela que c'est l'asso qui est sur Face de bouc.
Donc, on diffuse, oui, surtout des films régionaux mais pas que. Il y a un petit festival à l'automne, on a fait venir des gens comme Vecchiali ou Rollin et puis on fait du super 8, bref on s'occupe :)

Écrit par : Vincent | 21/07/2010

Les commentaires sont fermés.