Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Avec pipe | Page d'accueil | Les joies du bain : Miroir, mon beau miroir »

30/06/2010

Godard parle de Film Socialisme

Le 18 juin 2010 au Cinéma des Cinéastes, Une vidéo d'ARTE TV. Merci à Charles Tatum pour l'avoir publiée et m'avoir mis sur la piste.

Commentaires

J'ai lâché au bout de 10 minutes. C'est insupportable ce tirlipotage de neurones.

Écrit par : Pascale | 30/06/2010

C'est surtout Edwy Plenel plissant des yeux qui est un supplice...

Écrit par : T.G. | 01/07/2010

Pascale, je suis sûr que vous en me croirez pas si je vous dis qu'il faut que le débat se lance, après tout, la première question n'arrive qu'à 8 min (j'aurais peut être du préciser qu'il y a une heure et demie de débat) et c'est quand même Luc Moullet. Moi, j'aime bien qu'on me tirlipote les neurones, à mon âge, c'est un exercice profitable et nécessaire :)

TG, le regard de Plenel... ou va se nicher la perversité ! (on sent bien qu'il est vachement fier).

Écrit par : Vincent | 01/07/2010

Diable ! @Pascale à 80:32:23 le coquin montre son mollet entre chaussette et panta trop court...
Torride !

Écrit par : FredMJG/Frederique | 02/07/2010

@Vincent
A oui pardon je vous ai oublié sous la vision d'enfer.
Euh... il chevrote le monument non ?

Écrit par : FredMJG/Frederique | 02/07/2010

J'irai me faire tirlipoter dans un bain avec d'autres dont que je comprends quoi c'est qui disent et ça m'ira !
Le moullet, c'est vraiment un tue l'amour !

Écrit par : Pascale | 03/07/2010

J'ai vu le film hier (un 14 juillet, je pensais que ça ferait militant), j'avais noté ce lien et j'ai hâte d'entendre des éclaircissements... Ou des obscurcissements ?

Écrit par : ornelune | 15/07/2010

Je ne sais pas si cela va être ce que vous attendez, mais il en parle, des éclaircissements et des obscurcissements. C'est peut être un film qui se ressent plus qu'il ne s'explique.

Écrit par : Vincent | 15/07/2010

non, il n'y a en effet pas de révélation, encore qu'il insiste sur des éléments qui ne me paraissaient pas si prédominants (l'or de Moscou).

Je ne suis pas d'accord avec toi sur l'idée d'un "film à ressentir". Non que les impressions compteraient plus ou moins ici, mais la réflexion à amorcer, à développer, n'est pas à négliger.

Aussi, j'apprécie l'humour du bonhomme.

Écrit par : ornelune | 15/07/2010

Moi non plus, l'histoire de l'or de Moscou ne m'a pas frappé. Je pense qu'il s'agit, lors du débat d'un trait d'humour typiquement godardien.

Que le film ait une composante "a ressentir" n'exclut pas pour moi la réflexion qui va avec ou plutôt à côté. C'est comme cela que je comprends la réflexion de JLG sur le fait de filmer la mer. Personnellement, j'ai tendance à préférer ce genre de scènes chez lui à d'autres plus explicites ou didactiques. Mais je ne néglige pas, je ne néglige pas :)

Écrit par : Vincent | 15/07/2010

:)

D'autant plus qu'avant de faire sens, ces plans de mer sont magnifiques. A présent aventurons-nous à un commentaire sur notre blog...

Écrit par : ornelune | 20/07/2010

Les commentaires sont fermés.