Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Cannes 2010 : De la buée sur les lèvres | Page d'accueil | Cannes 2010 : L'homme à la caméra »

26/05/2010

Cannes 2010 : Film Socialisme

Chère vieille Europe, ta tête connaît à peine tes jambes qui souvent ne comprennent pas tes bras comment ça marche un corps déjà. Comment ça marche un corps étranger à son corps on n’sait pas on s’en fout on s’embrasse quand même et puis on a raison.

Finalement, ce qui est le plus proche de Film Socialisme, le petit dernier de Jean-Luc Godard, c'est encore cette chanson de Brigitte Fontaine et de Noir Désir, vaste poème politique et épique publié sur l'album Des visages, des figures de 2001. Objet unique, défiant les classifications, démesuré, virulent et beau, la chanson clôt (provisoirement ?) l'histoire du groupe de rock et le cinéaste présente son film comme le dernier. On verra bien. Film-collage, film-télescopage, film Godard jusqu'au bout du cigare, Film Socialisme est un film stimulant, brassant les images et les sons à un rythme soutenu, embrassant avec générosité un continent et une culture, l'Europe, ses images, son histoire, ses rêves et ses manques ; dressant en de multiples touches le portrait d'un temps, le notre. Je crois que c'est ce qui m'a le plus impressionné, cette faculté de Godard a saisir notre époque, alors que la majorité des autres films proposés à Cannes (pour s'en tenir à ce périmètre) soit restent dans l'anecdotique censément signifiant (Par exemple le film de Daniele Luchetti comme métaphore de l'Italie de Berlusoni), soit se déplacent dans une dimension spirituelle (Xavier Beauvois, Apichatpong Weerasethakul), soit se cassent les dents sur des formes trop usées (Rachid Bouchareb, Nikita Mikhalkov, Doug Liman).

Évidemment, Godard a de la bouteille, mais son film arrive à synthétiser les expériences formelles de sa longue carrière (Le travail sur le son, les citations, les intertitres, les sous-titres, le montage d'images de source très diverses qui se répondent) avec cette fois une clarté d'expression qui n'est pas toujours évidente chez lui. Inutile néanmoins d'attendre de la narration au sens classique. Le film est divisé en trois parties. Une croisière autour de la Méditerranée sur un paquebot de luxe, la descente d'une équipe de télévision locale chez une famille tenant un garage à la campagne, la partie qui contient le plus de fiction, et un ensemble plus abstrait, proche de Histoire(s) du cinéma (1999), autour de lieux emblématiques de l'Europe et des obsessions godardiennes (ça se dit, cela ?). On croisera comme autant d'étoiles filantes sur un ciel d'août, la chanteuse Patti Smith, le philosophe Alain Badiou, l'or de la République Espagnole de 1937 dérobé par le Komintern, la puissance et l'omniprésence de l'argent, des plans superbes, très colorés comme le souvenir du Technicolor, composés avec le soin du CinémaScope du Mépris (1963), percutant des plans de vidéo minables, pixellisés, comme issus directement d'Internet, des lol-cats, l'histoire de l'Art, de la musique classique et l'horrible souffle du vent dans un micro, la mer toujours recommencée, un lama (car quand lama fâché, lui toujours faire ainsi), les escaliers d'Odessa, la Grèce berceau de la civilisation, la Palestine, un âne, une voiture rouge, le soutien gorge arc-en-ciel d'une camerawoman noire, les trapézistes de Varda, des mots qui jouent dans les sous-titres et, j'ai été sensible à l'attention, un extrait de Cheyenne autumn (Les Cheyennes - 1964) de John Ford.

D'accord, cela fait un peu inventaire à la Prévert mais, par une espèce de miracle, ça fait sens. Il y a aussi un côté album de souvenirs assez plaisant. Les images se percutent et se répondent, se contaminent, laissent admirer la lumière de l'été et l'ombre d'un ventilateur. Le côté ludique et le rythme donnent ce qu'il faut de légèreté. On ne se sent pas obligé de tout saisir. Film Socialisme est une oeuvre dans laquelle on peut se perdre, elle est assez riche pour toujours offrir une route pour se retrouver. Film Socialisme, c'est une maison grande ouverte où l'air, les images, les sons, la lumière circulent. On pourra me faire cent objections, j'y vois une certaine forme d'optimisme, la force de l'idée-Europe et d'un cinéma debout malgré tout, malgré les tentatives de disqualifier le film et son auteur, malgré le refus de Godard d'avoir accompagné son petit dernier, lassitude ou orgueilleux espoir qu'il se débrouillerait très bien tout seul. Si ce devait être son dernier (Dieu me tripote), ce serait un bel adieu.

Commentaires

C'est vrai qu'à un moment je me suis demandé : mais où est le toucan sauteur ??

C'était un lama ? J'ai cru que c'était un âne, il faut donc que j'aille le revoir ?
Et puis non !

Je venais pour voir des cow boys à poils dans des baignoires et je tombe sur l'odeur du cigare froid de JLG. On nous ment, on nous spolie. Hasta siempre !

Écrit par : Pascale | 27/05/2010

et au fait c'est qui le gros moche sur la bannière ?

Écrit par : Pascale | 27/05/2010

Bonjour Pascale, désolé de vous avoir frustré bien malgré moi de cow-boys au bain, mais c'est Fredérique qui s'est lancé dans la collection. Moi, je m'en tiens aux jeunes femmes dans la catégorie "Les joies du bain". A la rigueur, je peux faire le fournisseur, j'ai quelques photographies de messieurs dans mes archives, mais c'est tout. Et désolé pour l'odeur de cigare :)
Sinon, il y a un lama et un âne, vous avez bien vu, même si généralement, on se souvient plus du premier. Pas de toucan s'il m'en souvient. Des choses, des animaux, c'est bien ce qui était annoncé.
Le "gros moche" (oh !) c'est Lon Chaney junior dans "Spider baby".
Ce qui me fait penser que je devrais bien mettre une photographie du bain en duo de "The bridges of Madison county"...

Écrit par : Vincent | 27/05/2010

Oui le Kinkaid ne sait pas se laver le dos tout seul !

Ah oui, en me débouchant le nez je reconnais celui de Lon. Mes excuses, mais il est vraiment moche et je ne supporte que les gens beaux !

Écrit par : Pascale | 27/05/2010

Et moi je préfère son père !
Faudrait que j'aille consulter sans doute
Bon Vincent, à vous Sur la route de Madison à moi le sale velu avec la bonne sœur

Écrit par : FredMJG/Frederique | 27/05/2010

ON LAISSE MON CLINT TRANQUILLE.

MERCI.

Mais qu'est-ce qu'ils sont moches les Chaney !

Écrit par : Pascale | 28/05/2010

Moches, non, mais ils ont souvent été filmés au grand angle :)

Écrit par : Vincent | 29/05/2010

Les commentaires sont fermés.