Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Clermont 2008 – partie 1 | Page d'accueil | Clermont 2008 – partie 3 »

13/02/2008

Clermont 2008 - Primrose Hill

Avec le recul, c'est Primrose Hill de Mikhaël Hers qui s'impose à moi comme le film le plus fascinant de cette édition. Il a pourtant à la base bien des éléments peu enthousiasmant : quatre jeunes musiciens dans le vent parisien, sur le fil de question existentielles, un filmage en lents travellings façon Gus van Sant, voix off et plans séquences. Et puis cette scène essentielle du dernier tiers qui me pose problème.

Primrose Hill est une colline du côté de Regent Park, à Londres, dont l'image est liée à l'oeuvre de nombreux artistes, des musiciens notamment comme les groupes Madness, Blur ou Oasis. C'est également là que se termine le roman de H.G.Wells, War of the world. Bref, cette colline est parcourue un jour d'été par cinq amis, unis par leur amour de la musique pop (anglaise évidemment) et de rêves communs comme monter un groupe et déchaîner les foules. Quand le film commence, quelques années ont passé et ils ne sont plus que quatre à déambuler sur la colline du parc de St Cloud. C'est l'hiver. La musique est toujours là, mais l'énergie a disparu qui devait porter les rêves. Dans l'un des premiers plans, nous les voyons ranger leurs instruments. Tout est dit.

Primrose Hill est construit de lignes qui suivent des trajectoires parallèles. Les amis marchent côte à côte, deux par deux. Il y a Londres et Paris, l'été et l'hiver, la voix off de l'absente venue du passé, aux phrases ciselées, et les dialogues du présent, denses et directs. Le film a beau être bavard, il laisse tout l'espace nécessaire à ce qui se joue entre les personnages : l'inexprimé de leurs sentiments, perte, amitié, amour, rage, impuissance, espoir. Ces sentiments trouvent leur expression dans la remarquable ambiance hivernale qui baigne le film. Le parc est baigné d'une superbe lumière douce et triste, on sent le froid et l'humidité. La photographie est de Sébastien Buchmann. La mise en scène les enveloppe de longs mouvements élégants, de larges cadres, et laisse les plans durer. Et ainsi ils vont, résolument, un rien butés, tout en donnant l'impression que leur périple les fait tourner en rond.

A un noeud de leur existence, ils croisent différents possibles. C'est la jeune mère de famille et la vie rangée, c'est le jeu de ballon et le maintient dans l'enfance, c'est la scène de l'hôpital et la dérive. C'est la tentation de la résignation. Ou de la fuite comme Sonia, jouée par Jeanne Candel, qui joue en province (Marseille ?) avec un groupe appelé les Gavroches Plutonium. C'est une pragmatique. Dans le groupe, le plus acharné à préserver le rêve, c'est Stéphane, joué par Hubert Benhamdine, le frère de la disparue qui accepte d'autant moins un nouveau déchirement. Thibaud Vinçon joue Xavier, celui qui malgré son allure de breton costaud, est sans doute le plus faible, déjà désabusé. Il montre à travers ses réflexions sur ses clients (il est disquaire) qu'il rejette ce qu'il a été. Joëlle est la plus lucide, l'interprétation tout en finesse et en charme de Stéphanie Daub-Laurent vient de lui valoir un prix d'interprétation. C'est elle qui va pouvoir proposer à Stéphane une porte de sortie.

1096059328.jpg

Le film va se résoudre quand les lignes vont enfin se croiser. Joëlle et Stéphane vont se retrouver dans une petite chambre et va se jouer une très belle scène problématique. Il leur faut beaucoup d'énergie pour vaincre la pesanteur de leurs corps et rompre la force d'inertie qui les tient à distance. Ils se touchent enfin, au terme d'un suspense sentimental filmé avec tendresse et grâce. Je me serais presque cru chez Capra du côté du téléphone. Ils s'embrassent. Hers joue alors de petites touches de comédie. Elle met un disque. Il en change. « Tu veux me faire une sélection ? » ironise-t'elle. Ils se déshabillent puis s'étreignent. Et là, j'aurais aimé que la caméra se retire sur la pointe des pieds, avec délicatesse. Mais non, elle reste pour le plan séquence. On pourra argumenter que c'est en cohérence avec le style du film mais ça m'a gêné. Je trouve ce genre de scène inutilement risquée. A partir du moment ou l'idée est passé, et de belle façon, je commence à m'éloigner des personnages pour retrouver deux acteurs gigoter de leur mieux. En plan large, ce n'est vraiment pas évident. En général, c'est ennuyeux et/ou ridicule. Sauf pour les films érotiques, mais ce n'est plus le même objectif. Dans ce cas précis, j'ai trouvé que ça cassait un peu la magie des préliminaires. La scène a ses ardents défenseurs.

Suit une belle séquence familiale un peu dans le ton du dernier film de Philippe Lioret, un autre film sensible sur la perte, le deuil et le devenir adulte. Le film s'achève sur un dernier retour sur la colline de St Cloud qui se fond enfin, par la grâce des fantômes apaisés, avec Primrose Hill. Et la vie continue, comme on dit.

Il serait gonflé de parler de Primrose Hill sans mentionner sa bande sonore. Il faut avouer que, tout en aimant le style, je ne suis pas un grand connaisseur de la pop anglaise. Je considère aussi que la grande force du film est de ne pas rendre les chansons de Martin Newell, The Adventure Babies, The Little Rabbits (eux je connais) et autres Felt, trop envahissantes. Ils baignent le film qui, d'une certaine façon, est lui-même construit comme un de ces morceaux pop. Son atmosphère, son charme mélancolique, est celui de ces chansons que l'on a aimé et qui passent l'usure du temps. Ceci achève de faire de Primrose Hill une oeuvre attachante, littéralement remarquable.

 And after all this time

To find we're just like all the rest

A lire chez Joachim, Pop News, Indie-boy traqueur et Ed Sissi.

Photographie empruntée chez Joachim.

Commentaires

Merci bien pour le lien.
D'accord avec tout ça, donc. Juste que moi, la scène d'amour ne m'a pas gêné autant. Elle s'intègre bien dans le style du film. Mais c'est vrai qu'à un moment, quand on comprend que tout va se faire dans la durée, on est forcément pertubé, on prend tout à coup de la distance, le regard change, on admire le tour de force mais on est plus tout à fait de plein pied dans la fiction. Bref, une coupe n'aurait pas fait de mal non plus. Mais c'est pour moi un détail, l'intérêt du film est vraiment ailleurs.

Écrit par : EdSissi | 27/02/2008

Bonjour,
Je dois faire partie des "ardents défenseurs" : cette scène est selon moi ce qui rend le film indispensable. Dérangeante, en ce qu'elle exhibe la maladresse des deux protagonistes, elle montre surtout les conséquences d'un désir non absolument partagé. Il y a un moment où le garçon a envie de mourir, et en voyant la scène il m'est arrivé quelque chose d'assez rare au cinéma : j'ai eu honte pour les personnages. J'ai été éclaboussé de leur gêne, comme s'il s'agissait d'une scène documentaire. Il m'a semblé voir pour la première fois la vérité complète sur ce qu'ont été ces moments ratés qu'on a préféré oublier. Lorsque je recommande le film aux gens, je dis toujours : "Il y a une scène de lit d'anthologie". En tout cas, je suis en profond désaccord avec la séparation que vous introduisez entre la scène de sexe et la "magie des préliminaires" : au contraire les deux moments n'en font qu'un, pétris d'une même gêne, manifestant une même maladresse, trahissant le même étrange mélange de tendresse et de mensonge.
C'est comme lorsque vous dites "... et autres Felt" : déjà on ne dit pas "... et autres Felt" parce que Felt est une oeuvre de génie, ensuite vous négligez le fait que la partie de foot (réellement problématique, pour le coup) où l'on entend Felt, est l'autre sommet du film. Problématique parce que participant du "montage interdit" ; et aussi parce qu'il n'y avait sans doute pas d'autre solution pour la traiter. Mais elle est incompréhensible sans la guitare de Maurice Deebank qui vient toucher chacun de son épé de lumière. Joëlle y apparaît essoufflée, les joues rosies par la course en hiver, à contrejour. Ils sont tous séparés les uns des autres, et chacun de lui-même. Felt dit ça, et Felt prépare la scène de lit et son rapprochement si factice et plein de honte.
Que vous ne mentionnez pas une scène vous entraîne à minorer, voire regretter l'autre.
Par ailleurs votre critique était intéressante, et j'ai appris des choses en la lisant, donc je vous remercie aussi.
FH

Écrit par : FH | 27/02/2008

Bonjour, et merci pour votre contribution. Comme je l'ai écrit, j'ai apprécié que ce film puisse se voir sans connaître forcément les groupes auxquels il se réfère, d'où mon "et autres" puisque j'aurais bien été incapable de rendre à César ce qui lui appartenait. Mais je pense avoir aimé le film par analogie avec d'autres films construits de la même manière, par exemple "Magnolia" autour de l'œuvre de Aimée Mann ou "Indian runner" autour de celle de Springsteen. Comme vous me le confirmez, la connaissance des morceaux apporte une profondeur et une subtilité supplémentaire au film. J'aimerais assez que vous développiez cette idée de "montage interdit", parce que ça ne m'a pas frappé et que pour moi cette scène est un moment de retour à un esprit adolescent, voire d'enfance, une idée simple de la vie. Ma position reste inchangée sur la scène de lit. J'y vois de la gêne mais, j'y vois aussi le triomphe (difficile certes) sur cette gêne. je crois que je vois cette partie de façon plus positive. je ne sais pas s'ils sont amoureux tous les deux, mais je crois qu'ils essayent quelque chose, à l'initiative de la fille, pour passer ce cap dépressif. peut être que cela va marcher, peut être pas, mais il me semble que Stéphane est apaisé à son issue. Mon problème est d'ordre plus général et je suis gêné de la même façon par des scènes similaires dans "37,2 le matin", "Quand nous étions punks" ou "L'amant". J'ai un problème entre la représentation que l'on donne et la vérité que l'on veut donner. Comme pour la représentation de la violence, je crois qu'une idée passe plus fort par la suggestion et une façon de couper au bon moment que par de tels plans qui font durer pour tenter de saisir quelque chose de "vrai". Et a mon avis, il n'atteignent pas ce "vrai" parce que c'est pas en montrant frontalement qu'on peut l'obtenir. C'est une position plus générale qui dépasse le cadre de ce film précis.

Écrit par : Vincent | 27/02/2008

Écrire un commentaire