Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Interlude | Page d'accueil | Le spécialiste, le chanteur et le dessinateur »

17/09/2006

Jerry fois trois

Les grands espaces selon Jerry Lewis : Cinderfella (Cendrillon aux grands pieds, réalisé par Frank Tashlin en 1960), The Bellboy (Le dingue du palace, réalisé en 1960 par Jerry Lewis) et The patsy (Jerry souffre-douleur réalisé par Jerry Lewis en 1964).
medium_cinderfella.jpg
medium_bellboy.jpg
medium_Patsy.jpg
 
 

Commentaires

Le coup des chaises dans la salle dans The Bellboy me fait hurler de rire !!.
Très intéressant cette note, ce principe de décortiquer les thèmes récurrents chez Lewis. Ça me fait penser au bouquin de Ciment sur Kubrick… ;-)

Écrit par : imposture | 18/09/2006

En parlant de Kubrick, la photo du milieu me fait penser au célèbre décor du Dr folamour... Je crois que mon esprit est quelque peu malade!!!

Écrit par : el pibe | 19/09/2006

Effectivement, rapprochement intéressant. Peut-être à développer?

Il y a sûrement encore plein de choses à découvrir dans l'oeuvre de JL...

Écrit par : John Mohune | 20/09/2006

L'autre comparaison qui saute aux yeux, c'est Tati. Le corps, minuscule grain de sable dans un espace mécanique disproportionné. Mais contrairement à Tati, les espaces sont ici représentés plus à hauteur d'homme alors que chez Tati, on est plus dans le tableau d'ensemble, le point de vue surplombant l'espace (beaucoup de plongées sur de grands espaces qui se remplissent petit à petit).

Écrit par : Eliot | 20/09/2006

Saklut, Vincent. Notez-le quelque part, le nouveau blog de Ludovic Maubreuil vient d'ouvrir. Accès à son site en cliquant sur mon nom.

Écrit par : Hyppogriffe | 20/09/2006

Bonjour Hyppogriffe. Coincidence, je m'en suis rendu compte cet après-midi en tripotant technorati. Merci de me signaler le retour de Ludovic. j'aime beaucoup sa première image, les moulins à vent de Don Quichotte. Tout un programme.

El Pibe, Eliot, j'ai effectivement pensé à ces deux auteurs et à leur goût des grands espaces contruits. Vous vous rappelez sans doute aussi de l'extrordinaire maison de poupée grandeur nature de Ladies's man...

Écrit par : vincent | 20/09/2006

Même si on ergotte un peu, ces fameux décors sont bien salués ici:
http://eightdayzaweek.blogspot.com/2006/10/cendrillon-aux-grands-pieds.html

Écrit par : mariaque | 09/10/2006

Écrire un commentaire