Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Coup d'oeil | Page d'accueil | Tarantino ma non troppo »

21/01/2013

Du western (point de presse)

Chère Stéphanie Belpêche,

Vous avez écrit il y a quelques jours un court article «Le western, un miroir de la société américaine » pour le Journal du Dimanche, sans doute à l'occasion, comme nombre de vos collègues, de la sortie du Django unchained de Quentin Tarantino. Las, votre texte accumule en quelques lignes nombre d'inexactitudes, d'approximations et de clichés tenaces autour de mon genre fétiche, au point que si j'avais eu le journal papier entre les mains, je l'eus déchiré rageusement à coup de dents avant d'en piétiner les restes façon danse des sioux. J'aurais pu tout simplement répondre sur le site, mais il faut s'inscrire alors non. Je préfère le faire de chez moi, bien au chaud dans les colonnes d'Inisfree.

Liberty Valance presse.jpg

Le cow-boy et le journaliste (Allégorie)

The man who shot Liberty Valance (1962 - John Ford)

Vous commencez par parler d'un âge d'or que vous situez de 1930 à 1960. Estimation au doigt mouillé. Le western est né quasiment avec le cinéma et son premier âge d'or se situe au temps du muet. Belle époque des deux bobines, de Cheyenne Harry, Tom Mix, Broncho Billy, Buck Jones... je sais que ça fait loin, mais quand même. Les années trente sont elles une époque de déclin suite à l'échec de The big trail (La piste des géants – 1930) de Raoul Walsh. Le genre ne se remet en selle (pouf, pouf) qu'à la fin de la décennie avec une poignée de chefs d’œuvre signés John Ford, Fritz Lang ou Henry King. Mais ce n'est pas tout à fait gagné, la guerre met le genre en veilleuse et c'est de 1946 à 1959 que se situe le véritable âge d'or du genre, soyons précis. Et puisque le prétexte c'est Tarantino, pourquoi ne pas mentionner l'âge d'or du western italien, de 1965 à 1970 ?

A vrai dire c'est la suite de votre phrase qui m'a fait bondir quand vous citez comme grands noms du genre « John Ford, John Sturges et Howard Hawks ». Comment peut on placer entre les deux maîtres le nom de Sturges ? Le mettre sur le même plan en négligeant Vidor, Wellman, Boetticher, Peckinpah, Mann ou Walsh ? Certes, Sturges a fait quelques westerns intéressants dans les années 50, mais nombre de spécialistes en ont fait de bien meilleurs et de plus originaux. En vérité je soupçonne que sa présence sent la fiche toute faite basée sur le souvenir vivace (et le succès) de The magnificent seven (Les sept mercenaires – 1960 tiens). C'est pourtant ce film qui sonne le glas du western classique, le réduisant à des archétypes (autrement redoutables que ceux que vous mentionnez) utilisés comme véhicules pour stars masculines à l'ego hypertrophié. Sturges ! Pourquoi pas Ralph Nelson !

Nous avons ensuite droit au couplet sur le «manichéisme et leurs personnages stéréotypés, voire racistes» à propos de ce western classique, suivi du refrain «Quant aux femmes, elles étaient instrumentalisées ». Clichés à deux roupies.

Certes, les femmes ont souvent été réduites à des rôles de faire-valoir, de potiches utilisées pour les intrigues sentimentales imposée souvent par les studios (demandez à Sturges!) qui les jugeaient indispensables à leur public. C'est pourtant négliger nombre de superbes compositions, et bien avant la Vienna de Joan Crawford. Je pourrais faire une jolie liste, je me contenterais de vous conseiller les héroïnes de Westward the women (Convoi de femmes – 1950) de William Wellman. C'est aussi négliger, un défaut bien de notre époque, le contexte sociologique de l'époque où ces films ont été fait (L'Amérique des années 40/50) comme celui de la temporalité des films (le XIXe siècle dans l'Ouest américain). On pourra toujours trouver des exceptions, mais les femmes n'avaient alors ni les droits ni la position sociale qu'elles ont aujourd'hui. Et je suis certain que les femmes de pionniers ou de militaires filmées par Ford sont plus réalistes, plus humaines aussi, que Sharon Stone ou Penelope Cruz maniant le pistolet, la chemise échancrée, qui ne sont que purs fantasmes (Que je sais savourer à l'occasion). Cette remarque est valable pour les minorités, visibles ou non, pour les indiens et les ratons laveurs. Ce n'est pas en réécrivant l'histoire pour des préoccupations finalement mercantiles (séduire tel ou tel public) que l'on fera de meilleurs films, ni que l'on fera avancer la cause de tel ou telle.

westward.jpg

Dis donc cow-boy, tu chercherais pas à nous instrumentaliser du haut de ton canasson ?

Westward the women (1950 - William Wellman)

Le mythe du cow-boy invincible est tout aussi facile à nuancer. Une large partie des grands westerns ont des héros complexes, en proie au doute, à la peur, aux failles intérieures, aux mauvais côtés. Ce sont des personnages riches qui permettent des plongées passionnantes dans l'âme humaine. Vous les citez d'ailleurs et c'est une bien mauvaise pioche pour étayer vos allégations. Wayne, John Wayne lui même qui fut c'est vrai, souvent, le héros 100 % américain, a été le capitaine vieillissant de She wore a yellow ribbon (La charge héroïque – 1949) de John Ford (ce « grand classique stéréotypé », laissez moi m'étrangler), Ethan Edwards le soldat errant et raciste traquant sa nièce enlevée par les comanches dans The searchers (La prisonnière du désert – 1956), toujours de Ford, le shérif trop sûr de lui de Rio Bravo (1959) de Howard Hawks dont une lecture attentive contredit les visions trop rapides. Raciste son Ethan Edwards ? Bien sûr, c'est même le sujet du film. Comment la haine détruit de l'intérieur et comment on peut la combattre et accepter l'autre. Récemment un documentaire, très intéressant sur certains points, Reel Injun (2010) de Neil Diamond, pratiquait le même amalgame. Il illustrait le racisme du western par un extrait du film de Ford. Le problème est que le regard du réalisateur à ce moment était une condamnation de l'action de son héros. En ne le disant pas, Diamond est, au mieux léger sur ses sources, au pire malhonnête. Et c'est d'autant plus idiot qu'il ne manque pas de westerns authentiquement racistes. Mais, et cela nous ramène à Tarantino, c'est sans doute plus valorisant de s'en prendre à Ford.

Je relève au passage que comme exemple des « héros conventionnels », vous mêlez Clint Eastwood à Wayne, Stewart et Cooper (vous devriez lire Politique des acteurs de Luc Moullet), alors qu'Eastwood est justement celui qui a créé un type de héros particulièrement non conventionnel pour ses westerns avec Sergio Leone. Au passage, Broken arrow (La flèche brisée – 1950) que vous citez en contre-exemple a pour vedette... James Stewart.

A vrai dire, le fond du problème, c'est que vous ne prenez pas en compte, comme tant d'autres, le travail du temps. Le western a été ce que vous dénoncez, c'est vrai et on s'en fiche. Pourquoi ? Parce que ce n'est pas intéressant. Parce ce que la plupart des grands westerns, classiques et perles rares, sont tous (ou presque) des films qui ont par leur sensibilité, leur intelligence, leur poésie, leur talent, leur courage, dépassé les clichés du genre. Du coup ils ont passé ce test impitoyable du temps et ils l'ont réussi parce qu'ils ont su faire vivre des personnages vrais, ce qui leur permet de nous parler encore aujourd'hui, peut être même mieux qu'hier. Pas du Vietnam, pas des méchants indiens, de l'écologie, de ceci ou de cela, mais des hommes et des femmes, de leurs convictions, leurs espoirs, leurs amours, leurs combats, leurs défauts. Ces films ont toujours des lumières à nous révéler. Pour les voir, il suffit de savoir accepter les œuvre telles qu'elles ont été faites. Et les clichés que l'on continue à mettre en avant et qui, vous l'avez compris, m'agacent, ont été véhiculés surtout par des productions aujourd’hui presque toutes oubliées, au mieux folkloriques. Et les années ont aussi montré qu'il ne suffisait pas de reverser les clichés pour faire de bons films, ni même des films plus justes. La majorité des westerns dits « progressistes » des années 60/70 sont médiocres, ils n'ont plus rien à nous offrir. Il me semble qu'il y a plus de vérité et de sensibilité dans le court monologue de Van Helfin où il raconte la mort de sa femme indienne dans un massacre perpétré par la cavalerie, dans le superbe Tomahawk (1951) de George Sherman, que dans les deux heures du lourdingue Little Big Man (1970) d'Arthur Penn. Question de goût et question de cinéma.

Voilà, Visage Pâle a écrit et sa plume est droite. Il me reste à m'excuser de vous prendre ainsi à partie, vous que je ne connais pas et qui ne me connaissez pas. J'ai saisi l'occasion de votre article mais j'en ai lu bien d'autres, trop, autour du cirque médiatique du moment. Le western mérite mieux. Et je me sens plus détendu.

Cordialement.

Photographies : http://www.cinema.de/ et Not coming at the theater near you.

Commentaires

Ha oui, ça va mieux !

Écrit par : tepepa | 21/01/2013

Oula, c'est quoi cet "article" ?!?
Tu as bien du mérite à avoir pris ainsi le temps d'expliquer à la dame, de manière aussi claire, deux ou trois choses à propos du western.

Écrit par : Edouard | 21/01/2013

Parfaite mise au point ! Tu es très en forme, mon cher Vincent. Mais ce que tu pointes le plus parfaitement, à mon avis, c'est la détestable manie de l'époque de vouloir juger les œuvres du passé à l'aune de sa propre médiocrité. S'il n'y a pas un quota de noirs, de femmes ou de "discours social", le film est "raciste", "machiste" ou "réac".
Je n'ai jamais compris le discours sur la "femme objet" à Hollywood : comme si Marilyn, Ava Gardner ou Brigitte Bardot n'avaient pas fait plus pour la "condition féminine" que toutes les staliniennes en jupon (style Alonso) qui nous pompent l'air avec leur idéologie stéréotypée !
Ça me rappelle également un type en fac qui refusait d'aller voir les films de Woody Allen sous prétexte qu'il n'y a pas de noirs dedans ! A quel moment parle t-on d'art et des contradiction qui font l'humain et son épaisseur?
Bref, mieux vaut aller revoir "Johnny guitar" ou "40 tueurs" (Ah, Barbara !) Et vive Ford !

Écrit par : dr orlof | 22/01/2013

Très bonne mise au... poing, en effet. Salutaire, comme on dit.

Écrit par : Ludovic | 22/01/2013

j'ai été sensible à ce" point de presse" dont j'ignore l'auteur, d'autant que j'avais eu une légère prise de bec avec un certain Frederick Pieretti qui m'avais cloué le bec, assez sèchement d'ailleurs, mais j'ai au moins la qualité de reconnaitre mon erreur, je m'étais précipité à qualifier Ford de raciste en parlant d'une scène où Ethan déterre le cadavre d'un indien et lui tire dessus je crois, je m'étais exprimé un peu à la légère, peut-être que j'avais une excuse, je n'avais pas revu "The searchers" depuis presque 30 ans alors Frederick a corrigé la trajectoire et cet article va dans le même sens, je leur suis reconnaissant et je regrette d'avoir parlé un peu trop vite, pour moi "La prisonnière du désert" est le meilleur western que j'ai jamais vu, c'est vrai que tout film obéit à une idéologie, mais ce qu'il faut voir dans les westerns américains, c'est l'être-humain, un être universel qui dépasse les frontières, avec ses rêves,ses angoisses, sa droiture et sa lutte pour le bonheur, c'est pour cela qu'à mon avis toute la planète peut s'identifier au héros westernien, et c'est ce qui fait ma passion pour le western.

Écrit par : Nour-Eddine tafarmiyan | 22/01/2013

Bonjour Vincent, comment allez-vous? Bravo pour votre coup de sang bien salutaire en ces temps ou "la critique" nous pondent des articles sans fond et surtout sans connaissance sur nôtre genre de préféré. On appel ça le nivellement par le bas, j'ai lu aussi des articles du mêmes vides de cultures général dans d'autres canard. Vous nous avez vengez de tout ces "malfesans", merci!

Écrit par : claude kilbert | 22/01/2013

C'est faire trop d'honneur à un papier écrit à la va-vite entre la poire et le fromage que d'envoyer tes lecteurs dessus.

Écrit par : fredMJG | 22/01/2013

Bonsoir à tous. Comme je l'écrivais sur FB, je me sens bien entouré.
Pour Fred et Edouard, cet article en particulier n'est qu'un prétexte parce que comme dit Claude, ce sont des choses que l'on peut lire un peu partout en ce moment (Je viens encore de dégoter une perle, un gars compare le "Django" de Corbucci à "une relecture décharnée des Sept samuraïs". Joli hein?). Et puis, Fred, c'est quand même une journaliste professionnelle du JDD, pas un commentateur d'Allociné. Et comme toi, j'aime citer mes sources :)
Nour-Eddine, très heureux de vous accueillir sur Inisfree. Vincent et John T.Chance ne font qu'un :) Et c'est bien ce passage de "Searchers" qui vous a valu les foudres de Frédéric toujours prêt à défendre ce Ford qu'il adore tout comme nous.
Un dernier mot pour Doc Orlof, bonne fête, et je suis bien d'accord avec toi. Zut pour les quota de bienpensance.

Écrit par : Vincent | 22/01/2013

Bonne fête aux Vincent, et merci pour cette belle mise au point. Ch.

Écrit par : tatum | 23/01/2013

"Le western a été ce que vous dénoncez, c'est vrai et on s'en fiche. Pourquoi ? Parce que ce n'est pas intéressant. Parce ce que la plupart des grands westerns, classiques et perles rares, sont tous (ou presque) des films qui ont par leur sensibilité, leur intelligence, leur poésie, leur talent, leur courage, dépassé les clichés du genre. Du coup ils ont passé ce test impitoyable du temps et ils l'ont réussi parce qu'ils ont su faire vivre des personnages vrais, ce qui leur permet de nous parler encore aujourd'hui, peut être même mieux qu'hier. Pas du Vietnam, pas des méchants indiens, de l'écologie, de ceci ou de cela, mais des hommes et des femmes, de leurs convictions, leurs espoirs, leurs amours, leurs combats, leurs défauts."

Amen to that. Ras-le-bol de ces articles abrutissants où l'histoire du western est expédiée en deux paragraphes bardés de clichés et témoignages de l'ignorance crasse de leurs auteurs. Beaucoup de plaisir à lire ce blog sinon !

Écrit par : Dédé le Teubé | 17/03/2013

Bonsoir et merci de votre message. Amen, c'est de saison :) et puis ça fait du bien de rappeler quelques fondamentaux de temps à autres.

Écrit par : Vincent | 18/03/2013

Les commentaires sont fermés.