Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Regarde les réalisateurs tomber | Page d'accueil | Rendez-vous en 2011 »

19/12/2010

Principe de précaution

J'ai eu la même tête que le personnage joué par Jacques Gamblin au soir de ce fichu 21 avril 2002. D'ailleurs, moi aussi je suis jospiniste. Si. La comparaison ne s'arrête pas là, mais question principe de précaution, je partagerais plutôt les idées du personnage joué par Sara Forestier. Comme elle, ma plus grande angoisse quand je vais voter, c'est de me tromper de bulletin de vote par étourderie. Et cela m'a vraiment coûté de voter Chirac le 5 mai. Par ailleurs, j'ai une certaine affection pour les films qui montrent des bureaux de vote, ce qui n'est pas si fréquent. Le dernier en date, un souvenir inoubliable, c'est celui où Denis Podalydès croise Jeanne Balibar dans Dieu seul me voit (1996). J'aime aussi beaucoup l'apparition de Lionel Jospin dans le film. Elle m'a rappelé celle de Jennifer Beals chez Nanni Moretti ou les conseils de Bruce Springsteen au héros de High fidelity (2001). Il y a un jeu avec le réel qui se fait de façon très naturelle. Tout cela pour dire que je me sens très proche de ce que Michel Leclerc et Baya Kasmi ont écrit et filmé dans Le nom des gens. Pour utiliser une expression que j'aime bien : ça me parle, c'est à dire que je vois sur l'écran des gens qui me ressemblent et qui ressemblent à des gens que je connais, que je me sens en phase avec les idées qui sont développées et que, pour une fois dans un film, j'ai l'impression qu'il y a des gens qui ont traversé la même décennie que moi. Ça n'a l'air de rien, mais quand j'y pense il n'y a pas dix films qui m'aient donné cette impression en dix ans.

Nom des gens+.jpg

Maintenant, la grande question, c'est : est-ce que ça suffit à donner du bon cinéma ? Et, dans le cas présent, la réponse, c'est : pas tout à fait. Disons que c'est typiquement le film que j'aurais aimé plus aimer, l'aimer assez pour m'emballer comme avec le Podalydès, certains Guédiguian, Palombella Rossa (1989) de Moretti ou les deux moyens métrages de Mickaël Hers. D'un autre côté, cette proximité me permet de ricaner par devers moi quand on accuse le film d'invraisemblance, et de faire un effort du côté de sa forme. Car si c'est de ce côté qu'il pêche, c'est aussi ce côté que n'aborderont pas ses défenseurs qui s'en tiendront (de ce que j'ai lu) à son aspect de comédie de mœurs plutôt enlevée, portée par l'abattage de ses acteurs. Je dirais que Michel Leclerc ne manque pas d'idées mais un peu d'ambition. A plusieurs reprises, j'ai regretté qu'il ne pousse pas dans une direction poétique, comme avec ce cygne mort que tient Arthur quand il apprend le décès de sa mère. Plusieurs fois, j'ai regretté qu'il ne lâche pas la bride à la folie douce qui pourrait embraser le couple Gamblin - Forestier, comme quand Cary Grant rencontrait Katharine Hepburn. Les premières vingt minutes m'ont très agréablement surprises. Le mélange des personnages adultes et enfants, le père étudiant joué par Jacques Boudet, c'est fait avec simplicité et force comme dans le Kéoma (1976) d'Enzo G. Castellari dont je me demande bien si Leclerc l'a vu. Le mélange des styles (noir et blanc, super 8) fonctionne au-delà du cliché car il travaille sur les représentations populaires et, oui, l'occupation est encore associée au noir et blanc un peu classieux du cinéma de l'époque tandis que le super 8 est le format familial typique des années 60/70.

Il y a une cohérence derrière les choix qui agit à postériori et qui éloigne radicalement du côté Amélie Poulain, véritable fantaisie intemporelle, alors que Le nom des gens ancre sa comédie légère dans le réel de son époque. La confusion est entretenue par le travail que Leclerc opère sur les clichés, le film jouant sur les représentations que les gens donnent d'eux-même et ont des autres. Le risque est de retomber sur des clichés cette fois narratifs (Les lourds secrets familiaux, les déboires sentimentaux du couple, le sauvetage des crabes). Plus intéressant est ce qui passe de la récente évolution du monde (qui passe aussi par les différentes vues de la mairie), de l'épisode des papiers perdus de la mère à ce parallèle osé lors de l'extermination des poulets par principe de précaution. Le plan final à ce titre est non seulement beau (le couple avec leur enfant devant un paysage urbain avec tour et voie rapide), mais assez inquiétant, interrogation mi-figue mi-raisin sur l'avenir qui contredit, pour peu que que l'on y réfléchisse, la dynamique positive du film.

Reste que si certains plans sur Sara Forestier sont assez sensuels (Son déshabillage devant la fenêtre aux rideaux rouges, son habillage par Arthur lors de la première nuit), le travail photographique de Vincent Mathias est irrégulier, la lumière de certaines scènes est assez plate (Les premières scènes à la radio par exemple). Le montage de Nathalie Hubert est parfois inventif, que ce soit sur les transitions temporelles ou la confusion d'espace qui traduit la confusion de Bahia lors de la scène un peu casse-gueule ou elle finit par prendre le métro nue. D'autres scènes sont plus sages, moins inspirées comme le repas avec les parents qui aurait gagné à mieux exploiter les espaces de l'appartement. Cet entre-deux empêche le film de se réaliser complètement et de dépasser un statut de comédie solide pour quelque chose de plus fort, de plus émouvant qui aurait envoyé au diable le principe de précaution.

Photographie © UGC distribution, source Allociné.

Commentaires

Bel article,bien construit ! A vrai dire, ça me donne bigrement envie d'aller voir ce film et dans reparler ici-même ensuite !

Écrit par : Cyril | 20/12/2010

Bon, alors t'aurais poussé plus la comédie, la poésie.....?
J'ai bien aimé le coté militant qui coule bien dans le film

Écrit par : LADJOINTE | 20/12/2010

Cyril, merci de ton passage, je t'attends de pied ferme :)
Xavier, oui, à certains moments, j'étais un peu frustré de la timidité côté mise en scène. Maintenant, j'imagine bien que l'activisme de Bahia a du te séduire. je pense même que tu t'es plus identifiée à elle qu'à ce brave Gamblin :)

Écrit par : Vincent | 20/12/2010

Vous aussi vous aimez les grands pulls larges qui vous déshabillent d'un mouvement preste de l'épaule ?

Écrit par : FredMJG/Frederique | 20/12/2010

C'est pas mal (elle a de jolis gestes avec), même si je préfère le faire moi-même.

Écrit par : Vincent | 20/12/2010

Et maintenant qu'on en parle, cela me rappelle les chemises de Karin Shubert dans ce merveilleux films avec Edwige Fenech... Là aussi, ça tombait pour un rien.

Écrit par : Vincent | 20/12/2010

Tiens ! je me demandais bien quand vous vous décideriez à causer à nouveau de notre "chère" Edwige ;)

Écrit par : FredMJG/Frederique | 20/12/2010

Karin, Edwige : je sens que cette page de commentaires va encore dévier
:)

Écrit par : Dr Orlof | 20/12/2010

haha, je me suis rendu compte de ma faute au dernier moment et j'ai essayé de la corriger avant l'enregistrement. Ça a, à moitié, fonctionné mais je ne pensais pas que mon commentaire serait publié en triple ! Je te suis gré de bien vouloir effacer les deux premiers :)

Écrit par : Dr Orlof | 20/12/2010

C'est amusant, je m'occupe de faire le nettoyage. C'est vrai que ça nous entraine assez loin de Sara Forestier. Quoique... dans un registre proche je viens juste de découvrir, c'était l'occasion, le "Fascination" de Rollin avec de sacrées expertes en tenues échancrées.

Écrit par : Vincent | 20/12/2010

Et bien... nous sommes entièrement d'accord. :)

Le petit manque d'ambition et de folie, on le trouve notamment dans le développement décevant de la scène du repas avec les parents que tu cites, dans la platitude de celle du débat en groupe devant l'émission de télé, dans la banalité de la conclusion de celle, pourtant forte, de l'aide aux deux petits vieux qui vont rater leur métro.

Et puis c'est sexy et sensuel mais... pas autant que cela pourrait l'être, me semble-t-il, car on ne sent pas vraiment un "équilibrage" qui se ferait dans le couple au fil du temps. Les deux personnages restent dans leurs marques de départ sur ce plan là.

Bon, je m'arrête parce que je donne l'impression de n'avoir que des reproches à formuler, alors que c'est assurément un bon moment à passer...

Écrit par : Edouard | 10/01/2011

Les commentaires sont fermés.