Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La bande des dix | Page d'accueil | Baldi addio »

12/11/2007

Faisons un rêve

Suite des listes improbables et futiles lancées par Pierrot avec quelques films dont je rêve. Dans la majorité des réponses, il a été question d'adaptations d'écrits, romans et pièces. Afin de faire mon intéressant, je vais privilégier des idées de film ne reposant pas, à priori sur de l'existant.

 

Je rêve d'un film sur la Commune, un peu dans l'esprit du film de Peter Watkins (ce qui tombe bien parce que ça ressort) mais avec de gros moyens genre Alamo version John Wayne. Quelque chose qui brasse les histoires individuelles et l'Histoire, comme dans les bandes dessinées de Tardi. Quelque chose d'épique et de déchirant avec Jeanne Balibar en Louise Michel, vareuse noire, poudre sur les mains et regard de feu. Qui pour faire ça ? Philippe Lioret survitaminé.

Je rêve que Steven Spielberg se décide à faire enfin un western. Un vrai, pas un de ces films avec cheveux longs et gras, cache-poussière « à la manière de » et gros flingues. Non, un film avec de grands espaces, des jeunes femmes en robes de coton frémissantes au vent sous les porches. Et puis des indiens et de la porcelaine bleue.

Je me suis toujours posé la question de savoir pourquoi les américain avec leurs deux cent ans d'histoire bien tassés ont nourri un cinéma si riche alors que notre bonne vieille France est infoutue de faire quelque choses de vingt siècles d'images mythiques. Par exemple Bonaparte au pont d'Arcole, illustré ci-dessous par Vernet. Ne me dites pas que ça ne vaut pas un plan de Walsh ou de Vidor. Alors pourquoi n'y a t'il, sauf erreur de ma part, aucun film sur la campagne d'Italie ? Gance s'est arrêté avant. Quelle histoire pourtant, quels personnages. De l'action, de la politique, de l'ambition, le rêve révolutionnaire et la trahison de l'idéal, du sexe puisqu'il paraît que l'amour entre Bonaparte et Joséphine était flamboyant, une époque de fièvre. Et ça ne ferait pas un film bandant ?

f3b265b88d74dc57a5065d9ff4ce274d.jpg

Je rêve qu'Enzo G. Castellari retrouve Franco Nero pour l'histoire d'un pistoléro vieillissant mais à l'oeil encore sûr. Il retrouverait ses anciens compagnons dont Giuliano Gemma et Gianni Garko pour une ultime chevauchée. Pas de fantaisie dans le scénario : une histoire carrée avec retour, vengeance, vieille histoire familiale. Et du style, beaucoup de style.

Je rêve d'un nouveau film de Quentin Tarantino sur un tueur à gage italien trotskiste joué par Nanni Moretti. En vespa, le tueur, avec quelque chose de Suzuki dans l'esprit du film. Il faudrait aussi une héroïne belle et mystérieuse, assez classe dans le genre Téa Léoni ou Maggie Cheung.

Je rêve d'un film de Wong Kar-wai qui serait un film sur l'histoire d'un tournage. Si possible un tournage de film d'aventures dans lequel il montrerait toutes les ficelles du genre, lui qui en a bavé sur Les cendres du temps. J'imagine une histoire d'amour avec des dialogues entre elle et lui suspendus à des câbles au dessus du plateau. Ce pourrait être beau et très drôle.

J'aimerais bien que Terry Gilliam puisse enfin reprendre son Don Quichotte et le finir.

Je rêve aussi d'une comédie musicale et politique sur une musique de Noir Désir et qui ne s'agenouillerait pas devant les reliques de Demy. Quelque chose comme Dieu seul me voit en rock.

Deux adaptations, quand même, pour boucler, une des bandes dessinées de Joe Matt et La femme renard d'Abraham Merritt. Avec le bon metteur en scène, ça pourrait donner le Cat people moderne.

Commentaires

Ca fait rêver. Et puis comme dirait JLG "les meilleurs films n'existent que dans la tête du spectateur". Dommage que les décideurs qui sont aujourd'hui aux manettes du cinéma, ceux qui donnent les "green lights" fassent preuve d'un esprit bien moins "bigger than life" que le tien. Heureusement que quelques cinéphiles perpétuent l'esprit tycoon, ne serait-ce qu'en phantasmes.

Écrit par : Joachim | 12/11/2007

Une petite réserve: même survitaminé, Philippe Lioret, il me fait pas rêver. Même plutôt le parangon de l'esprit téléfilm bankable bienséant qui domine le cinéma français.

Écrit par : Joachim | 12/11/2007

Eh ben dis moi, tu as plus d'imagination à revendre que moi qui me suis cantonné aux adaptations littéraires. Pour la Commune, je partage ton enthousiasme mais j'avoue que je préférerais voir ça filmé par le Godard des "Histoire(s) du cinéma" ou par JM.Straub (évidemment, ça serait plus austère!). Mais comme Joachim, j'ai du mal à rêver à un film fait par Lioret (pas plus, tu t'en doutes, qu'à celui dont tu rêves mis en scène par celui-qu'on-ne-nomme-plus-entre-nous ;))

Écrit par : Dr Orlof | 12/11/2007

Godard ou straub, ça serait un autre film. Deux autres en fait. Mais pas celui que j'imagine, c'est à dire "La porte du paradis" ou "La horde sauvage". Il y faut un ensemble de qualités liées à la "forme classique" chère à Manchette et que je ne crois pas que Godard ou Straub possèdent. Ceci étant leurs approches du sujet seraient sans doute passionnantes, comme l'est celle de Watkins. mais ce qui me manque, ce que j'aimerais voir, c'est quelque chose que Tardi a bien réussi dans son domaine mais qu'il est difficile de trouver aujourd'hui au cinéma.

Je ne partage pas, forcément, votre avis sur Lioret. J'avoue que j'ai eu du mal à mettre des noms sur mes projets rêvés. C'est une discussion qui revient souvent, mis à part quelques grands anciens, les cinéastes français manquent d'envergure, d'ambition ou de talent, ou de vitamines. Mais un gars comme Lioret est l'un des seuls aujourd'hui à défendre cette "forme classique" qui n'est pas télévisuelle, je ne suis pas d'accord Joachim, mais qui accepte le jeu du premier degré, le romanesque, un certain souffle et en plus il a de l'humour. Ils ne sont pas si nombreux à avoir cela et si j'étais producteur, je chercherais un réalisateur qui ait ce genre de sensibilité. Voire, ça pourrait donner quelque chose...

Quand à celui-dont-le-nom-ne-doit-pas-être-dit, depuis le temps qu'il tourne autour du pôt, j'espère qu'il va se décider :)

Écrit par : Vincent | 12/11/2007

Alors là, moi, je n'ai aucune imagination...
Donc je passe juste pour dire du bien de Lioret, comme Vincent. Si il ne me fait pas vraiment rêver et si il n'a pas réalisé de grand film jusqu'à présent, il fait essentiellement un "cinéma de personnages" très attachant, de facture très soignée.

Écrit par : EdSissi | 13/11/2007

Écrire un commentaire