Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« A découvrir | Page d'accueil | Bout de papier »

15/09/2007

Nada

« le terrorisme gauchiste et le terrorisme étatique, quoique leurs mobiles soient incomparables, sont les deux mâchoires du même piège à cons »

Ah ! Le joli temps des années 70 ! Les Dauphines, les Arondes, les DS noires luisantes, les cols roulés et les pattes d'eph'. Pompidou, le trou des Halles et mon enfance. Et la révolution ! Un temps où elle n'était pas un dîner de gala. Années de plomb, brigades rouges et septembre noir. Sergio Léone la persifle à grand spectacle dans Giù la testa !, Jean-Luc Godard explique comment fabriquer un cocktail molotov dans Vent d'est, Jean-Pierre Mocky livre l'un de ses plus beaux films avec Solo et Claude Chabrol adapte Jean-Pierre Manchette en 1974 avec Nada.

Quand je me suis offert l'intégrale des romans noirs de Manchette, Nada est le second que j'ai lu. J'avais envie de lire cette histoire d'un groupuscule anarchiste passant à l'acte en enlevant l'ambassadeur américain à Paris et comment l'état réagit, cynisme et violence. Le roman terminé, j'ai eu envie de suite de voir les images de Chabrol. Ce n'est pas si facile, il n'a pas encore été édité en France. Je me suis souvenu qu'il avait été plutôt mal accueilli à sa sortie, critiqué de droite comme de gauche donc sans doute assez juste. Il faut dire aussi que c'est un sujet qui a pu surprendre dans sa carrière après la belle série des films noirs "bourgeois" (La femme infidèle, les noces rouges...). C'est Manchette qui a adapté son œuvre pour le cinéma et la première chose qui frappe, c'est la fidélité de Chabrol au livre. Péripéties, personnages, répliques et jusqu'aux modèles des voitures, Nada est la plus fidèle adaptation de Manchette jusqu'au travail de Tardi sur Le petit bleu de la côte ouest en bande-dessinée. Et c'est loin, si loin des errements d'Alain Delon dont je me suis toujours demandé ce qu'il pouvait bien chercher dans les romans qu'il a massacré à l'écran.

f006c2e1bf711ced8ea75099b0f97f02.jpg

Nada est sec comme un coup de trique. Le rythme, le montage de Chabrol et Jacques Gaillard qui a travaillé avec lui depuis Le beau serge et jusqu'en 1975, épouse le style de Manchette, sa langue précise et directe, sa façon d'avancer à grandes enjambées dans le récit. Cela situe le film dans la lignée des grands polars américains de l'époque (Friedkin, Yates, Lumet) comme des classiques de Fritz Lang, grand inspirateur de Chabrol, et des belles mécaniques de Stanley Kubrick (The killing - L'ultime razzia) ou John Boorman (Point BlankLe point de non retour). La dialectique en plus. Ce genre de films fascinait les réalisateurs français de l'époque et, au passage puisqu'il ressort en DVD, je me demande comment a vieillit Un condé de Yves Boisset.

La force de Nada, sa réussite qui le rend tout à fait regardable aujourd'hui, c'est que l'aspect politique de l’œuvre, bien présent, cède toujours le passage (bien élevé) à l'action pure selon les principes canoniques du genre : Composition de l'équipe, préparation du coup, exécution du coup, grain de sable et final (im)moral. Que le coup soit ici un enlèvement politique ne change rien à l'affaire. C'est une structure qui a fait ses preuves, d'Asphalt jungle à Réservoir dogs. En ne sacrifiant pas l'aspect polar aux réflexions politiques, Chabrol donne du souffle, accroche le spectateur et passionne. Les scènes d'action sont menées avec brio et précision, que ce soit l'enlèvement dans une maison close de luxe, l'assaut de la gendarmerie ou les acrobaties finales de Buenaventura Diaz joué par Fabio Testi qui venait alors du cinéma de genre, giallo et western, et donne un surcroît de crédibilité (vive la mort !) et d'ironie avec sa tenue façon Sartana.

L'humour, parlons en. Celui de Chabrol se trouve en harmonie avec celui de Manchette. Grinçant. Il s'épanouit dans les échanges entre le commissaire Goémond (Michel Aumont, merveilleusement immonde), le chef de cabinet (François Perrot, merveilleusement faux-cul) et le ministre (André Falcon, merveilleusement crétin). Cerise sur le gâteau, il y a Dominique Zardi en flic idiot. Face aux forces de l'état, les révolutionnaires ne sont pas en reste et la charge envers leurs ridicules n'est pas moins féroce. La plus belle surprise, c'est Maurice Garrel en André Epaulard, beau, vétéran de tous les combats et qui, malgré une certaine lucidité, ne fera que de mauvais choix, comme résigné à son destin. J'aime beaucoup son geste de recouvrir le sexe de la prostituée ligotée avant de sortir, lors de l'enlèvement. Il y a l'alcoolique militant d'Arey joué par « El nino » Lou Castel, toujours entre deux vins et redoutable au lance-pierre. Il y a Véronique Cash, jeune militante, jolie et libérée comme il faut, jouée avec insolence par Mariangela Melato. Il y a Treuffais, le social traître qui, à ce titre, a toute ma sympathie et pour lequel Chabrol retrouve Michel Duchaussoy. Il y a le terne Meyer joué par Didier Kaminka et, donc, l'anarchiste espagnol westernien Diaz. Chabrol utilise intelligemment des acteurs ayant une image forte dans le cinéma engagé (sous entendu à gauche, très à gauche) comme Garrel, Melato et Castel ce qui leur donne un surcroît de vérité. Il est impitoyable, à l'instar de Manchette, quand il les montre incapables de réagir efficacement à l'assaut final et mourir bêtement. Aventuriers ayant cru trouver une cause, leurs mobiles sont flous ou contradictoires. Et ils ne comprennent que trop tard la manipulation dont ils sont l'objet, le piège à con. Seul l'authentique homme d'action, Diaz, trouve assez de ressources pour en sortir et acquiert par là une lucidité nouvelle, prononçant la forte phrase d'introduction, les mots de Manchette que Chabrol a fait siens. Le réalisateur n'oublie pourtant pas, en décrivant les vies difficiles de ces personnages qui portent malgré tout une part de rêve en eux, que c'est la pression sociale qui les entraîne vers la violence et les expose ainsi à la manipulation du pouvoir. Et par moment passe un peu de tendresse.

Seul bémol à cette brillante galerie de portraits, Lou Castel joue d'Arey un peu trop alcolo, sans la finesse dont il est capable. Kaminka est trop effacé, son personnage est déséquilibré par rapport aux autres et la relation particulière qu'il entretient avec sa femme est sacrifiée par rapport au roman, alors qu'elle aurait pu rappeler le personnage joué par Elisha Cook Jr dans The killing.

L'humour passe encore par la musique de Pierre Jansen, marche vigoureuse pastichant celles d'un Maurice Jarre. Peu à dire sur la photographies de Jean Rabier, collaborateur fidèle de Chabrol. Je lui trouve l'habituel défaut de nombre de films des années 70, elle manque d'éclat. Discrète dans les ambiances, timide par rapport aux recherches italiennes ou anglaises dans des genres équivalent, elle est plus à l'aise à la campagne qu'à la ville avec les hordes de gendarmes noirs sur fonds de champs de blé d'or. Rabier me semblait plus inspiré dans les films noirs « bourgeois ».

Claude Chabrol, comme Jean Pierre Mocky trois ans plus tôt, renvoie dos à dos deux types de violence. Il porte un regard à la fois moraliste et satirique tout en s'offrant un beau thriller d'action, ce qui est finalement assez rare dans le cinéma hexagonal. Son film, comme l'oeuvre de Manchette, est le portrait impitoyable d'une époque et de ses contradictions, de sa violence et de ses croyances. Une époque toujours bien présente à entendre la récente déclaration de Fanny Ardant en Italie. Je pense alors au personnage joué par Nanni Moretti sur son rameur dans La seconda Volta de Mimmo Calopresti. « En tuer un pour en éduquer cent ».

Le DVD

Chronique sur Flickhead (en angais)

Chronique sur DVD Beaver (en anglais)

Commentaires

"Dialectique", presque aucun film de Chabrol n'oublie de l'être, et c'est ce qui en fait un très grand cinéaste.
Mais dialectique ne veut pas dire : ménageant la chèvre et le chou. C'est pourquoi je ne suis pas d'accord, Vincent, quand vous écrivez : "Face aux forces de l'état, les révolutionnaires ne sont pas en reste et la charge envers leurs ridicules n'est pas moins féroce."
Au contraire, je trouve qu'ils sont "moins en reste". D'abord parce que Chabrol a choisi leur point de vue, et non celui des flics (c'est peut-être déjà le cas dans le bouquin de Manchette). Ensuite, parce que s'il montre clairement leur paranoïa, leur folie, leur fanatisme, la lâcheté de certains d'entre eux, aucun de ces traits n'atteint la vulgarité du caractère des flics, tous cyniques, criminels, serviles, bref moralement irrécupérables.
Enfin, c'est le révolutionnaire qui à la fin évolue dans son jugement, rejoignant d'ailleurs en partie l'opinion de Debord sur le terrorisme trop souvent manipulé.
Ne sacrifiant jamais rien à ce qu'il appelle sa "lucidité", Chabrol ne pouvait pas, comme l'aventurier Godard, se contenter d'épouser le point de vue des révolutionnaires. Néanmoins, c'est d'eux qu'il est le plus proche dans cette histoire sombre comme l'époque. Comme vous dites, "par moment passe un peu de tendresse", et elle n'est que pour les gauchistes, dont la terreur - c'est ce que Fanny Ardent aurait dû rétorquer aux chacals et aux flics qui l'ont insultée, et c'est ce que le dogme des "droits de l'homme" fait mine de vouloir refouler pour l'éternité - fut moindre que celle des Etats qu'elle frappait... c'est le moins qu'on puisse dire.

Écrit par : Hyppogriffe | 15/09/2007

Très belle critique qui m'a donné envie de revoir ce film de Chabrol (je ne l'ai pas vu depuis longtemps). Comme toi, j'aime énormément les romans policiers de Manchette. L'oeuvre de l'écrivain (c'est très sensible dans ses chroniques cinématographiques) est fortement marquée par les écrits situationnistes et Hyppogriffe a parfaitement raison de citer Debord à propos de "Nada" : le film rejoint ses analyses (et celle de Sanguinetti) sur le terrorisme en Italie (qui était une manipulation étatique).
Sur le même sujet (les machoires du même piège à con), je te recommande chaleureusement "la troisième génération" de l'immense Fassbinder. Son ironie n'est pas tellement éloignée de celle de Chabrol...

Écrit par : Dr Orlof | 15/09/2007

Mais moi, Hyppogriffe, je suis d'accord avec vous. Je me suis peut être mal exprimé mais je ne pense certainement pas que Chabrol "mènage la chèvre et le chou". Le passage important dans la phrase en exergue, c'est "quoique leurs mobiles soient incomparables". Donc oui, il n'y a aucun élément qui pourrait rendre humain les trois officiels, la scène d'intimité du ministre qui prend congé de sa femme est même cruelle, bunuellienne si j'osais.
Ce qui m'avait frappé dans le roman et auquel Chabol est fidèle dans le film (tout le film est dans le roman), c'est l'absence complète de complaisance envers les personnages du groupe. Si on est à leurs côtés, il y a une distance qui empêche d'être de leur côté. Distance souvent plus ambigue dans beaucoup de films de l'époque. En y repensant, on dirait que les éléments les plus humains, ceux qui font que l'on s'attache aux membres du groupe, renforcent le sentiment qu'ils s'engagent dans une impasse (La relation amoureuse Cash - Epaulaurd, l'amitié Diaz - Treuffais, l'alcoolisme de d'Arey...). Malgré le final qui sert un peu de soupape à la noirceur de l'ensemble, ce qui domine, c'est le sentiment de gâchis. Et le caractère impitoyable de l'Etat. Et nous nous n'en sommes pas sortis.

Pierrot, je connais mal Debord bien que je te lise très régulièrement, mais je te fais confiance. Sur la situation italienne, il y a un excellent roman noir dont je te recommande la lecture : "Sous un ciel de plomb" de Giuseppe Genna, dans le même état d'esprit.

Écrit par : Vincent | 16/09/2007

Buenaventura Díaz.......Alter ego de Buenaventura Durruti ?

Écrit par : rodicio | 16/09/2007

Merci, Inisfree, pour m'avoir donné envie de découvrir ce film. Mais... le DVD vers lequel renvoie le lien (et que l'on peut semble-t-il se procurer pour moins cher en le commandant directement à amazon.co.uk) est-il vraiment une version intégrale ?
Mes diverses encyclopédies ne sont d'ailleurs pas d'accord sur la longueur du film : 100 minutes pour l'une, 130 pour l'autre...
Alors ?
B

Écrit par : Breccio | 16/09/2007

Alors, tu me poses une colle, Breccio. je me suis acheté le DVD Pathfinder décrit chez DVD Beaver donné pour 107 minutes. Sur market place, c'est le même prix que sur UK, selon le cours de la livre :)
Pour ce qui est d'une version plus longue, j'ai vu ça sur IMDB, mais je n'ai de source alternative (une revue de l'époque) qui me permette d'en savoir plus. Par rapport au roman, je n'ai pas constaté de manque flagrant. Si quelqu'un a des éléments supplémentaires...

Écrit par : Vincent | 16/09/2007

J'ai peu de souvenir de "Nada", vu il y a plusieurs années et qui m'avait bien plu.
Pour la durée, le générique paru dans "Positif" à l'époque de la sortie du film stipulait 129 minutes.
Enfin, pour continuer sur les adaptations de livres de Manchette, il faudrait revoir "Polar", formidable mauvais rêve éveillé, interprété par Jean-François Balmer (et avec une apparition de Chabrol justement !) et réalisé en 83 par Jacques Bral. Un des meilleurs films noirs français, bien oublié maintenant.

Écrit par : EdSissi | 17/09/2007

Je me souviens de la sortie de Polar, mais je l'avais manqué à l'époque. Encore un film à redécouvrir.
Question durée, il existe aussi un DVD italien (qui met en avant Testi et Melato !), mais de même durée que l'anglo-saxon. Il va donc falloir que MK2 se décide à nous sortir une version complète pour lever le mystère de ce qui manque.

Écrit par : Vincent | 17/09/2007

Écrire un commentaire